Porcs : La crise porcine : un accélérateur des restructurations ?

Benoît Bousquet, Crédit Agricole S.A.

Dès le début de l'automne 2007, les producteurs de porcs avaient tiré la sonnette d'alarme en prévision d'une crise qui s'annonçait particulièrement dure.

Au cours de l'hiver, les banques ont vu progresser les utilisations de lignes de trésorerie. En mars 2008, la mise en place de la Caisse d'Avance en Trésorerie a mis en évidence le rôle accru des groupements dans la gestion des situations des producteurs : ils ont relayé les avances, et apporté leur garantie au pool bancaire, ce qui constitue un engagement supplémentaire et aussi un coût supplémentaire.

Des rapprochements industriels majeurs sont annoncés (Cooperl-Arca, Prestor-Cecab). Ils confortent le choix de certains groupements de s'impliquer dans l'aval de la filière, soit directement, comme la Cooperl, soit en tant qu'actionnaire, tel Prestor. Dans le même temps, on annonce que le groupement Pigalys vient renforcer la plateforme Initia, qui présente désormais une capacité de commercialisation de plus de 4 millions de porcs. Est-ce le symbole d'une nouvelle résistance des producteurs indépendants, conscients de leur performance et soucieux de préserver une marge de manoeuvre commerciale ? Ou bien le moyen de préparer les atouts nécessaires pour négocier avec des industriels ?

La crise exacerbe le rôle directeur des groupements. Ceux-ci ont su moduler la prise de risque de l'opération CAT en accordant des avances de façon différenciée, selon la situation économique de leurs adhérents. Se pose aussi la question de la pérennité des approvisionnements en porcs, alors que les mises en atelier sont en diminution. Il existe une forte concurrence entre groupements qui doivent consentir des efforts financiers de plus en plus lourds pour préserver leur tonnage, lors de la transmission des outils (aide à l'installation, contrat sur 5 ans…).

Les difficultés actuelles vont sans doute entraîner des cessations d'activité et des regroupements d'ateliers. Elles pourraient aussi accélérer le regroupement des structures d'aval, en particulier les groupements.

Source Crédit Agricole S.A.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires