Soins aux porcs charcutiers : Les bonnes pratiques d'un traitement par la soupe

Dominique Poilvet

Un groupe de travail constitué de vétérinaires réfléchit à l'élaboration d'un cahier des charges pour la distribution de médicaments par la machine à soupe.

Le risque de résidus dans les carcasses suite à un traitement médicamenteux par la machine à soupe est très faible, mais il existe, notamment à cause des risques de contaminations croisées. À l'occasion des Rencontres porcines d'Aquitaine organisées par Alitec et DBS à Auriac (Pyrénées-Atlantiques) le 12 décembre 2008, Bernard Sansot a fait le point sur le travail d'un groupe de vétérinaires sur les modalités d'administration orale de traitement pour les porcs alimentés par un circuit « machine à soupe ». Ce groupe doit rédiger des recommandations soumises à l'approbation de la profession vétérinaire pour trouver un consensus sur des règles de bonnes pratiques qui devront s'imposer aux vétérinaires et aux éleveurs.
Dans le cas d'une machine à soupe sans cuve de reste, de grandes quantités d'aliment supplémenté restent dans les circuits entre deux distributions. Dans ce cas, les contaminations croisées sont inévitables. « C'est pourquoi, la plupart du temps, le vétérinaire devra s'interdire d'utiliser ce type de circuit pour les traitements », indique B. Sansot. Ou alors, il faut fixer un délai d'attente avant l'abattage pour l'ensemble des animaux du bâtiment égal à celui du médicament utilisé, majoré du temps de rinçage des circuits de soupe. Ce temps de rinçage se calcule au cas par cas en fonction de la quantité qui reste dans le fond de cuve ou dans les circuits et de la quantité de soupe fabriquée quotidiennement. Généralement, les résidus sont supprimés en 4 à 5 jours.

La supplémentation médicamenteuse directement dans la soupe constitue un moyen très pratique de soigner les animaux. Cependant les risques de contamination résiduelle sont bien présents. (D. P.)

La supplémentation médicamenteuse directement dans la soupe constitue un moyen très pratique de soigner les animaux. Cependant les risques de contamination résiduelle sont bien présents. (D. P.)

Dans le cas d'une machine à soupe équipée d'une cuve de reste, le délai d'attente s'applique uniquement aux porcs traités. « Les autres porcs de la porcherie ne devront cependant pas être commercialisés pendant le traitement », souligne Bernard Sansot. Les conditions d'utilisation de la machine à soupe pour la médication sont cependant lourdes : l'éleveur devra fournir au vétérinaire prescripteur le diagramme de fonctionnement de son installation à soupe. Il devra également réaliser un contrôle annuel selon les critères définis par le guide des bonnes pratiques de l'Ifip. Ce contrôle devra évaluer la fiabilité de la pesée de la cuve, la quantité réellement distribuée à chaque auge par rapport à la quantité théorique, et l'homogénéité de la soupe. Le pilote informatique du système de distribution devra pouvoir mettre en évidence les éventuels aléas de distribution et assurer la traçabilité des menus distribués et l'utilisation de l'eau contaminée de la cuve de reste. « Pour établir le délai d'attente, le vétérinaire devra toujours évaluer le risque de contamination croisée des circuits, et donc le risque de résidu de médicaments sur les animaux partant à l'abattoir », résume Bernard Sansot.

Le traitement par la machine à soupe risque donc d'impliquer dans le futur des coûts supplémentaires pour le contrôle annuel, et des contraintes vis-à-vis des délais d'attente. L'éleveur doit parfaitement gérer l'utilisation de la cuve de reste, et doit veiller à la conformité de son installation. La responsabilité du vétérinaire est également engagée, puisque c'est lui qui fixe le délai d'attente. C'est pourquoi des solutions alternatives devraient se développer : traitement à l'auge, double circuit de soupe, ou injection directe de la solution médicale dans la descente de l'auge…

 

Source Réussir Porcs Mars 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires