Viande porcine : Herta contractualise avec deux coopératives

Viande porcine : Herta contractualise avec deux coopératives

Face à l'instabilité des cours de la viande porcine, le charcutier industriel Herta (Nestlé) a annoncé lundi qu'il s'engageait avec deux coopératives dans une contractualisation qui permettra de garantir à tous un prix fixe du porc sur une période d'un an.

Herta a signé deux nouveaux contrats "Swap" avec les coopératives Cirhyo, située à Montluçon (Allier), et Porc Armor Evolution, située à Loudéac (Côtes-d'Armor), qui concernent chacun une quinzaine d'éleveurs, pour une production annuelle d'un millier de tonnes de porc, équivalent carcasse. Le prix du contrat a été fixé à 1,33 euros le kilo pour un an à partir du 1er janvier, "en hausse par rapport à la moyenne de l'année, mais plus bas que les cours des six derniers mois", a expliqué le PDG de Herta, Arnaud de Belloy. Herta avait déjà testé ce système d'assurance de prix, mis au point avec un chercheur d'Agrocampus Ouest à Rennes, en 2015 avec le groupement de producteurs de porcs Syproporcs.

Selon ce système, le prix fixé en commun dans le contrat sera assuré pour chaque producteur, pour le volume déterminé et la période choisie, quel que soit l'acheteur. Les circuits de commercialisation resteront en effet inchangés, ce qui signifie que Herta ne sera pas forcément le seul acheteur du porc.

"stabiliser et donner une visibilité"

Par conséquent, lorsque le prix du marché du porc constaté sera inférieur au prix fixe du contrat, Herta compensera mensuellement auprès des éleveurs l'écart de prix, même s'il n'est pas l'acheteur. A l'inverse, si le prix constaté sur le marché est supérieur au prix fixe du contrat, les éleveurs transféreront le montant de la compensation à Herta. Face à la fluctuation des marchés fragilisant les équilibres économiques, il permettra désormais aux éleveurs de Cirhyo et Porc Armor Evolution de connaître le prix de vente de leurs porcs et de garantir une partie de leur marge.

Cela leur permettra de "stabiliser et de donner une visibilité sur une partie de la production" qui va de 20% à 50%, le reste de la production étant vendu au cours journalier qu'il soit en hausse ou en baisse, a souligné M. de Belloy. La signature du contrat permettra également à Herta de fixer sur la période équivalente son prix d'achat de la matière première, et de prévoir ses coûts de production. Cette méthode "contribue à donner une meilleure visibilité pour aborder les négociations commerciales annuelles" en garantissant "une transparence sur l'année", selon M. de Belloy.

Source Avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires