Assemblée générale de l'UGPVB : Les réglementations pèsent sur la filière pondeuse

Armelle Puybasset

L'année 2008 a été marquée par un durcissement du plan de lutte salmonelles et par la confirmation de l'échéance européenne de 2012 concernant la Directive bien-être.

L'échéance de 2012 interdisant le logement des poules pondeuses en cages non aménagées arrive à grands pas. Pourtant, seuls 3 élevages en cage sur 10 sont aujourd'hui aux normes requises. « Les producteurs manquent de visibilité sur les années à venir », a souligné Roland Burban, président de la section oeufs de l'UGPVB lors de son assemblée générale de début décembre. « Les investissements nécessaires pour se mettre aux normes sont importants : 14 €/poule pour remplacer les cages et 25 €/poule s'il s'agit d'un bâtiment neuf. » Les éleveurs s'interrogent encore sur le modèle de cage, voire sur le mode d'élevage à choisir. Alors que la Directive est censée homogénéiser les standards de production, les situations varient entre États Membres. L'Allemagne et les Pays-Bas se détournent des élevages en cage pour privilégier les modes de production alternatifs.

Depuis le 1er janvier 2009, les oeufs issus d'élevages de pondeuses positifs Se ou St doivent être marqués à la ferme. (A. Puybasset)

Depuis le 1er janvier 2009, les oeufs issus d'élevages de pondeuses positifs Se ou St doivent être marqués à la ferme. (A. Puybasset)

Marquage des oeufs positifs

L'Espagne ou l'Italie n'ont pratiquement pas commencé à se mettre aux normes. « Nous continuons de solliciter un minimum de souplesse dans l'application de la Directive, notamment pour les producteurs qui seront à deux ou trois ans de l'âge de la retraite en 2012 », rappelle le président. La profession réclame des éclairages techniques concernant la conformité des cages. « Les pouvoirs publics ont élaboré un « vade-mecum professionnel » précisant les points de contrôles des cages aménagées. Il nous paraît essentiel d'y avoir accès », a-t-il souligné.

Sur le plan sanitaire, l'année 2008 a été marqué par un durcissement du plan de lutte contre les salmonelles avec notamment la généralisation du dépistage du sérotype S. typhimurium dans le maillon ponte en plus de S. enteritidis. La 3e étape de révision du plan de lutte prévue fin 2008 a été entérinée par plusieurs arrêtés du 30 décembre parus au Journal officiel les 3 et 4 janvier 2009. Ils valident notamment la mise en application depuis le 1er janvier 2009 du marquage individuel à la ferme des oeufs issus d'élevages positifs Se ou St. Ces oeufs passent en catégorie B et doivent être différenciés des oeufs de catégorie A par l'apposition d'une lettre B ou d'un point d'au moins 5 mm, rouges et entourés d'un cercle de 12 mm. « Ce dispositif pose problème. En France, peu d'élevages sont équipés de marquage individuel à la ferme. Il est principalement réalisé en centres de conditionnement », rappelle Gilles Guillaume, de l'UGPVB. « La profession a proposé de marquer les palettes par de grandes croix à l'encre alimentaire. Suggestion refusée par la Commission européenne car chaque oeuf doit être marqué. Nous réfléchissons à d'autres solutions, réalisables en élevage, notamment la nébulisation d'encre. » En attendant, cette nouvelle disposition sur le marquage doit être appliquée à la lettre.

Source Réussir Aviculture Janvier-Février 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires