Bien-être des poules pondeuses : 12 pays toujours sur la sellette

Bien-être des poules pondeuses : 12 pays toujours sur la sellette

Douze pays sur les treize sommés il y a deux mois par la Commission européenne de se plier aux nouvelles normes de bien-être des poules pondeuses risquent encore de s'attirer les foudres de la Commission européenne.

Selon des examens préliminaires, la Roumanie semble en bonne voie de remplir les demandes de la Commission européenne mais douze autres pays (Belgique, Bulgarie, Chypre, France, Espagne, Grèce, Hongrie, Italie, Lettonie, Pays-Bas, Pologne, et Portugal) "ont encore des efforts à effectuer, à des degrés divers", précise une source européenne.

  Ces pays encore récalcitrants risquent "très probablement" de se voir adresser avant l'été un "avis motivé" de la Commission européenne les sommant de se mettre aux normes sous peine de poursuites devant la Cour européenne de justice de Luxembourg.

  Ces pays avaient douze ans pour se mettre aux normes.

  Jusqu'à la fin 2011, chaque poule disposait de l'équivalent minimal d'une feuille A4 d'espace au sol dans les élevages traditionnels en batterie. Les nouvelles normes ont accordé à chaque poule au minimum 750 cm2 d'espace dans leur cage, soit une feuille A4 agrandie de l'équivalent d'une petite carte postale.

  Les nouvelles règles prévoient aussi qu'elles puissent disposer d'une mangeoire d'au moins 12 cm de long par poule, d'un perchoir, d'une litière, de grattoirs pour se raccourcir les griffes et d'un nid pour pondre.

  En début d'année, Bruxelles estimait à 47 millions le nombre de poules pondeuses tenues dans des cages trop petites et mal aménagées.

  Le non respect des nouvelles normes ne pose pas uniquement des problèmes de bien-être animal, mais aussi de distorsion de concurrence par rapport aux éleveurs qui ont investi pour s'y conformer.

  A titre transitoire, les oeufs "illégaux" sont encore tolérés dans l'industrie, mais leur vente dans le commerce de détail et leur exportation sont interdits.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 3

FRED39

Oui plus de local, il faut équilibrer le marché, nous devons vendre à un prix qui nous permet de vivre de notre travail, y en RLB de se faire traité d'assisté et de pollueur à tout bout de champs..
Donc vendre à des prix correctes en local si possible, et aussi que les commerçants acceptent de baisser leurs marges pour ne pas faire "exploser" le prix à l'étale.
De toute façon on ne peut plus continuer comme ça, c'est une voie sans issue que de continuer à ce faire payer par les pouvoirs publics, on est pas des fonctionnaires !!!

pinetdpu

BIEN ETRE DE l'éleveur c'est pour quand ?????
quand les agriculteurs de tous les pays vivront de leur travail ?????????????? c'est a dire quand il y aura moins d'europe et plus de local

per

coup de gueule!
on parle de bien être animal chez les poules pondeuses, question à nos chers fonctionnaires de la commission européenne comment fait on pour compter le nombre de poules au mètre carré dans les élevage sol ou volière pleine air dans des unité de 10 20 200 mille poules? par contre en petite volière norme 2012 le controleur des service vétérinaire peut facilement compter le nombre de sujet au cm2 ne me dite pas cher fonctionnaire de l'eErope payé gracieusement par notre sueur que vous n'avez pas la réponse au problème peut être qu'il faudrait faire faire une étude par un cabinet norme cofrac ! l'europe va finir dans l'imbicilité technocratique ,on ce demande si ces personnes responsables ne sont à la BOTTE des états du monde qui ne veulent pas que l'EUROPE deviennent une puissance économique!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires