Conserver la variabilité génétique des pintades

Armelle Puybasset - Réussir Aviculture Décembre 2011

Conserver la variabilité génétique des pintades
Le sperme de pintade est plus difficile à conserver que celui des autres volailles. © P. Le Douarin

Les recherches du Sysaaf sur l’amélioration de la conservation du sperme de pintade sous forme congelée ont permis de doubler le taux de fertilité.

La conservation du patrimoine génétique des espèces avicoles est essentielle. « Elle constitue avant tout une assurance en cas de problème, comme une épidémie influenza aviaire », a justifié François Seigneurin, du Sysaaf, lors de la journée nationale de la pintade du 13 octobre. « C’est aussi un témoin des progrès génétiques et la possibilité de ‘retour en arrière’si l’orientation de la sélection se révèle inintéressante sur un critère et que l’on souhaite revenir à des générations antérieures. Elle permet également de réinjecter de la variabilité génétique à une population en cas de consanguinité. »

François Seigneurin,  du Sysaaf. © © A. Puybasset

« La conservation du patrimoine génétique des espèces avicoles constitue une assurance en cas de problème, comme une épidémie influenza aviaire. »

20 000 paillettes aviaires

Par rapport aux autres volailles, le sperme de pintades est particulièrement difficile à conserver : sa qualité initiale est faible et il supporte mal la congélation (notamment à cause d’une faible fluidité membranaire).
Lors des premiers essais réalisés par le Sysaaf et l’Inra de Nouzilly au début des années 2000, les taux de fertilité atteignaient au mieux 20 %, « un niveau insuffisant pour une conservation efficace ». Des travaux plus récents, réalisés dans le cadre du programme de recherche Cryobirds et grâce à un complément de financement du CIP, ont permis d’améliorer la technique de conservation (choix du cryoprotecteur, taux d’incorporation et vitesse de congélation). « Lors de tests in vivo, les taux de fertilité atteignent régulièrement 40 à 45 %. La technique de cryoconservation est opérationnelle. »
L’objectif à terme est de confier des paillettes de sperme à la Cryobanque nationale, un groupement d’intérêt scientifique qui gère le stockage sécurisé de différentes lignées, races ou populations d’animaux domestiques à des fins de conservatoire patrimonial. La section avicole est en constitution depuis quelques années. Avec près de 20 000 paillettes, c’est la plus importante banque de sperme aviaire et la seule au monde à conserver d’autres espèces que Gallus avec le canard Pékin, le canard de Barbarie et l’oie. À quand la pintade ? 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires