Environnement durable : S'orienter vers des systèmes de production « éco-efficaces »

Armelle Puybasset

« Dans tous les secteurs de l'économie, il nous faut aller vers des systèmes de production
plus « éco-efficaces », qui utilisent moins de ressources et qui produisent moins
d'émissions polluantes », explique Hayo van der Werf. Pour ce chercheur à l'Inra de
Rennes, il faut pour cela s'aider de méthodes d'évaluation environnementale. Il en existe
plusieurs : l'approche classique, qui consiste à associer un site à un polluant (par exemple
l'exploitation porcine et les nitrates), n'est pas adaptée puisque qu'elle peut mener à des
transferts de pollution. « On résout un problème, par exemple les nitrates, pour en trouver
un autre : le phosphore, le dioxyde de carbone, puissant gaz à effet de serre. » Il est donc
plutôt favorable aux approches systèmes multi-impacts. C'est notamment le cas de
l'Analyse du cycle de vie, qui consiste à quantifier les impacts environnementaux d'un
produit tout au long de son cycle de vie (de sa conception jusqu'à son utilisation finale).
Gérard Gaillard, de la station de recherche Agroscope en Suisse, a utilisé cette méthode
pour évaluer l'impact environnemental de la production de poulets d'oeufs de consommation
en Bretagne, selon les sources de protéines végétales de l'aliment.
Il indique que la production des matières premières est responsable de la majorité des
charges environnementales liées à la production animale et que la fabrication de l'aliment a
peu d'importance.


Hayo van der Werf, de l'Inra de Rennes : « L'Analyse des cycles de vie permet de quantifier les impacts environnementaux d'un produit tout au long de son cycle de vie. » (A. Puybasset)

Hayo van der Werf, de l'Inra de Rennes : « L'Analyse des cycles de vie permet de quantifier les impacts environnementaux d'un produit tout au long de son cycle de vie. » (A. Puybasset)

Impact du transport des matières premières

« L'optimisation des impacts environnementaux dépend à la fois du choix des matières
premières, de leur origine (distance) et du mode de transport (route, chemin de fer, maritime).
Ces paramètres devraient être considérés lors de la formulation des aliments volaille, estime-t-
il. En réduisant les distances entre les lieux de production des matières premières et de la
production animale, on obtient des effets positifs sur la consommation d'énergie non
renouvelable et sur les émissions de gaz à effet de serre. »

Source Réussir Aviculture Juin 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires