Menu
PleinchampTV Lettre d'info

Gavage des oies : Classement sans suite d'une plainte contre Euralis

S C avec AFP

Gavage des oies : Classement sans suite d'une plainte contre Euralis

Une plainte contre Euralis déposée en avril 2012 par cinq anciens gaveurs de foie gras du groupe agroalimentaire, pour tromperie sur la marchandise, a été classée sans suite, indique le parquet de Pau.

Après la diffusion jeudi soir d'un reportage sur France Bleu Gascogne, dans lequel cinq anciens gaveurs de canards mettent en cause les pratiques du géant de l'agroalimentaire, le vice procureur de Pau, Sébastien Ellul, indique à l’AFP que "La plainte pour tromperie contre la société Euralis vient d'être classée sans suite, la semaine dernière".

Dans ce reportage, les anciens producteurs  accusent le géant de l'agroalimentaire de prendre un peu trop de liberté avec les règles imposées par le cahier des charges, afin de prétendre à la très recherchée indication géographique protégée (IGP) Sud-Ouest. Ils accusent notamment  le groupe d’utiliser des produits comme du promacide pour purger  les canards, des antibiotiques quand ils sont malades ou du sulfate de cuivre pour éviter les candidoses (infection fongique qui rend les canards difficiles à gaver).

Tout cela, selon, "alors qu'on est censé remplir le cahier des charges  ‘indication géographique protégée+ (IGP)’ qui interdit les médicaments et  à fortiori des canards malades. Il y a tromperie sur la marchandise dans tous les cas puisque le label n'est pas respecté. », précise un des plaignants.

Euralis se défend

Cette plainte concerne des faits anciens, et peut-être même prescrits, d’après le Parquet. "Au-delà, il faudrait que l'infraction soit établie. Le problème est que l'administration des antibiotiques a été effectuée en conformité avec les normes sanitaires en vigueur",  précise le vice-procureur. Concernant l'administration de sulfate de cuivre pendant le gavage, « c'est un complément nutritionnel" qui "n'est pas soumis à un contrôle particulier",  précise le parquet.

Par ailleurs, les "vérifications réalisées dans le cadre de l'enquête n’auraient  pas mis en évidence l'existence d'une infraction qui pourrait être caractérisée". Selon la direction départementale de protection des populations, l'abattage s'est fait dans des conditions strictes, qui ne mettent pas en évidence des manquements aux règlements sanitaires.

De son côté, Euralis rappelle que "l'appellation IGP Sud-Ouest (indication géographique protégée) atteste que les foies gras sont issus de canards élevés et engraissés dans une ferme du Sud-Ouest, abattus et transformés dans la région", précisant "qu'un contrôle indépendant est également exercé sur les producteurs par Qualisud."

"En ce qui concerne l'administration d'antibiotiques, elle reste exceptionnelle et ne se fait qu'après intervention vétérinaire et délivrance d'une ordonnance. Dans le cas où un canard aurait reçu un traitement antibiotique, il perdrait son appellation IGP Sud-Ouest" assure Euralis.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires