Grippe aviaire: l'UE satisfaite des mesures prises aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne

Grippe aviaire: l'UE satisfaite des mesures prises aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne

La Commission européenne s'est dite satisfaite lundi des mesures "adéquates" prises aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne après l'apparition de la grippe aviaire dans des élevages de volailles.

Dans les deux cas, "les mesures prises par les autorités nationales sont adéquates" et "les protocoles ont été suivis" conformément aux règles européennes, a déclaré Enrico Brivio, le porte-parole de la Commission en charge de la Santé. Les autorités néerlandaises sont même "allées au delà" des mesures prévues, s'est-il félicité, relevant qu'il n'y avait pas "de signal d'exportations" de volailles en provenance de ce pays. La zone touchée, dans le centre du pays, "est peut-être la plus dense en Europe en matière d'élevage de volailles", a-t-il relevé. Le Comité permanent de la chaîne alimentaire et de la santé animale, qui réunit les experts vétérinaires nationaux des 28, doit se réunir jeudi pour faire le point sur l'évolution de la situation. Dans l'attente, la Commission doit formellement endosser dans l'après-midi les dispositifs déployés par les deux pays, conformément aux procédures prévues en cas d'apparition de grippe aviaire.

6.000 oiseaux doivent être abattus

Les autorités néerlandaises ont décrété dimanche une interdiction temporaire du transport de volailles, d'oeufs et de fumier, après qu'une souche hautement pathogène de la grippe aviaire, H5N8, ait été détectée dans un élevage du centre du pays. Les quelque 150.000 poulets de l'exploitation où le virus a été détecté doivent aussi être abattus d'ici lundi soir. Cette variante, fatale pour les volailles, est susceptible de contaminer les humains en contact avec des oiseaux malades. La variante H5N8 était jusque-là cantonnée à l'Asie avant d'être détectée début du mois pour la première fois en Europe, en Allemagne.
Un cas de grippe aviaire, dont les autorités cherchent encore à déterminer le type, a aussi été détecté lundi dans un élevage de canards du nord de l'Angleterre, placé en quarantaine et dont les 6.000 oiseaux doivent être abattus. Selon un expert européen, il est "très probable" que les foyer détectés dans les trois pays soient liés, la maladie ayant été portée par des cygnes migrateurs actuellement en route vers le sud. Dans ce cas, l'apparition de foyers en France, Italie et Espagne, "ne serait pas une surprise", a estimé ce même expert.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires