La volaille française passe à la télé

Pascal Le Douarin - Réussir Aviculture Mars 2012

La volaille française passe à la télé
DR

L’origine française de la volaille va faire l’objet de trois campagnes télévisuelles de communication au cours de cette année. En mars, ce sera sur la volaille, en juin sur le poulet et en octobre sur la dinde. Ce mois-ci, des spots de 12 secondes sont visibles sur les chaînes M6, W9 et TMC, réputées les plus regardées par les ménagères avec enfants, le cœur de cible. Le message vise à faire connaître le logo « volaille française » par 38 millions de consommateurs et de susciter l’achat des produits qui en sont porteurs. Cette campagne est portée par l’association de promotion de la volaille française (APVF) qui fédère les interprofessions (CIPC, Cicar, Cidef, CIP, Synalaf) et les industriels (FIA, Cnadev). Le budget d’un million d’euros est entièrement apporté par la profession. En complément, d’autres actions marketing visant la distribution grand public et la RHD seront menées par les interprofessions. Francis Bouju, le président de l’APVF, insiste sur « le caractère collectif de la démarche qui donne plus de cohérence et d’efficacité à nos messages ».

Capture d’écran 2013-03-14 à 15.53.41

DR

Le logo volaille française (VF) est assorti d’un cahier des charges (né, élevé, transformé en France) et soumis à audit de vérification. À plus long terme, l’objectif de L’APVF est d’inciter les industriels transformateurs à demander des produits d’origine France. L’enjeu concerne plus de 400 000 tonnes importées, qui représentent aujourd’hui 44 % de la consommation française de poulet. Cependant le logo volaille française (VF) ne sera ni galvaudé, ni une marque alibi, insiste l’APVF. Pas question d’autoriser son utilisation par un opérateur qui n’achèterait qu’une partie de sa ressource en France.

Avec la volaille française, le bon choix c’est maintenant

Apposer le logo VF ne génère aucun surcoût, l’éventuelle différence de prix avec des produits importés étant imputable aux écarts de compétitivité et de politique commerciale. « L’alimentation est une arme stratégique, rappelle Gilles Huttepain, président de la FIA. Dans un pays comme la France qui dispose d’une renommée gastronomique et d’un véritable savoir-faire en matière de sécurité sanitaire, il est bon de le rappeler. » La volaille française représente quelque 60 000 emplois et un chiffre d’affaires de plus de 6 milliards d’euros.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires