Les ovoproduits Glon roulent au diester

Pascal le Douarin - Réussir Aviculture Juin 2012

Les ovoproduits Glon  roulent au diester
Les dix remorques frigorifiques Glon sillonnent les routes françaises et promotionnent le diester. DR

Dix camions frigorifiques de la filière œuf du groupe Glon sont passés au carburant diester, confirmant l’intérêt d’une durabilité monnayable.

Une cuve dédiée

Le gazole à 30 % de biocarburant n’est pas distribué en stations-service. Le passage au diester impose une cuve dédiée, préalablement nettoyée ou changée (le diester ayant un effet détergent). Les moteurs actuels acceptent ce taux sans modification et sans impact négatif sur la consommation ou sur les performances. L’usage du diester à 30 % est encore peu répandu. Environ 8000 véhicules carburent au biodiesel diester, essentiellement en collectivités territoriales (camions-bennes et bus scolaires). L’association Partenaires Diester regroupant ses utilisateurs compte 65 membres.En savoir plus : www.diester.com

Depuis quelques mois, des camions du groupe Glon roulent au biodiesel survitaminé en diester. Ce gazole diester contient 30 % de biocarburant d’origine française au lieu de 7 % habituellement. Avec 1,4 million de kilomètres parcourus par an, l’adoption du carburant vert fera diminuer de 20 % l’émission en carbone. C’est 320 tonnes équivalents en gaz carbonique (Eq CO2) sur les 500 m3 de carburant consommés par cette flotte basée à l’usine 3 Vallées. Située en Mayenne, 3 Vallées est le site principal de production d’ovoproduits liquides. Un choix lié à la proximité des élevages (75 % en Bretagne et en Pays de la Loire) et au besoin de sécurisation de la chaîne du froid. Dans l’année, la flotte collecte un milliard œufs auprès de 110 éleveurs(1), achemine ces 31 000 tonnes vers les trois sites industriels du groupe (Épi Bretagne, Le Cam, 3 Vallées), puis distribue 17 000 tonnes d’ovoproduits chez les clients. « Cette première dans le groupe est appelée à faire école dans toutes les flottes dédiées de Glon », a affirmé Éric Philippe, le directeur général du groupe.

La différenciation environnementale devient payante

Bientôt incontournable, la démarche environnementale est commercialement mise en avant. Olivier Athimon, le responsable de la branche œuf aval, souligne que certains contrats de fourniture d’ovoproduits ont pu être pérennisés ou rendus exclusifs, grâce à cette démarche durable. « On le fait pour l’environnement, pour nos clients et pour nos éleveurs engagés sur cette voie. » Le groupe anticipe aussi la réglementation à venir. L’étiquetage environnemental sera obligatoire en 2013 sur les produits alimentaires grand public. À titre expérimental, la filière œuf coquille s’y est déjà engagée à travers la marque Matines.
L’adoption du diester s’inscrit dans une démarche plus globale. Chez 3 Vallées, qui transforme un quart des œufs Glon (27 000 t d’ovoproduits en 2011), les efforts sont réalisés depuis longtemps. À l’origine, il s’agissait de réduire les coûts de production, en gérant au mieux les déchets résultant du traitement des œufs : eaux usées, coquilles, emballages…
L’usine génère 90 000 m3 d’eaux sales par an (350 m3/jour). Depuis vingt ans, ces eaux sont épandues sur des terres agricoles, ce qui ’économise des engrais minéraux dont la fabrication aurait généré 95 tonnes d’Eq CO2. L’an dernier, la modification du matériel de nettoyage a fait économiser 15 % d’eau.

84 % des déchets sont recyclés

Les 15 tonnes quotidiennes de coquilles d’œufs sont hygiénisées et transformées en amendement calcique, lui aussi épandu. Le passage des alvéoles de cellulose à usage unique à celles en plastique réutilisables a permis de réduire ce poste déchet de 1 200 tonnes par an. Les cartons, plastiques et autres emballlages sont valorisés dans des filières spécialisées. Au total 84 % des déchets sont recyclés. Le solde représente l’équivalent produit par une cinquantaine de Français moyens.
Les fluides de refroidissement ont été l’autre point d’amélioration exploré récemment ; 3 Vallées les a remplacés par de l’ammoniaque moins impactant sur la couche d’ozone (réduction de 50 % des gaz à effet de serre). Résultat de ces efforts sur le long terme, l’entreprise devrait être certifiée Iso 22 000 au mois de septembre.

(1) Sur environ 2,2 milliards d’œufs collectés pour l’ensemble de la filière aval Glon.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires