Mise aux normes et rénovation : Armor oeufs encouragé à investir dans les cages

Pascal Le Douarin

En Bretagne, les éleveurs de poules du groupement de producteurs Armor oeufs ont été rassurés sur la pérennité du modèle d'élevage en cages au-delà de 2012.

La conjoncture du marché aura fortement perturbé l'année 2008 des 92 producteurs du groupement Armor oeufs, adossé au groupe Sanders. En moyenne, le prix de vente moyen a été 0,10 euro/kg d'oeuf inférieur aux prix de revient sur les trois quarts de l'année, a indiqué le président Jean Quenemet lors de l'assemblée générale. Pour y faire face, la production a été réduite de 5 %, par des réformes anticipées. L'effort a fait remonter les cours de 0,10 euro/kg.

Pas d'inquiétudes pour 2012

Sur l'échéance 2012 et la mise aux normes, Olivier Athimon, en charge de la filière oeufs aval de Sanders, s'est voulu rassurant en détaillant l'état de la demande en oeufs alternatifs. Selon Oliver Athimon, la demande en oeufs alternatifs est encore très minoritaire en IAA (hormis quelques exceptions comme Unilever) et en ovoproduits, notamment pour des raisons sanitaires. En GMS, l'oeuf de cage, en baisse, occupe encore 73 % des volumes (et 57 % du chiffre d'affaires). C'est là que l'oeuf alternatif a trouvé son marché. Le responsable aval craint plutôt les enseignes de hard-discount qui pourraient avoir recours aux importations et aux « coups tactiques » pour se démarquer en jouant l'alternatif. Au final, les perspectives de débouchés pour les oeufs de cages aménagées sont réelles et sérieuses. Les futurs investisseurs sont repartis regonflés par ces propos.

Source Réussir Aviculture Avril 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires