Parasitisme : Le pou est un probable vecteur de salmonelles

Armelle Puybasset

Pour la filière européenne de production d'oeufs de consommation en 2006, l'estimation de l'impact économique du pou rouge (Dermanyssus gallinae) est de 130 millions d'euros. Cela représente 0,43 € par poule dont 0,29 € est lié au préjudice sur la production, le reste correspondant au coût de traitement. « Du fait de ses caractéristiques biologiques et des obligations réglementaires, contrôler la contamination du pou rouge dans les élevages de poules pondeuses reste difficile », a rappelé Lionel Zenner, de l'ENV de Lyon lors de la journée Itavi sur les oeufs de consommation. Le pou est un parasite intermittent. Il ne va sur la poule que pour prendre ses repas (l'équivalent d'une demi-heure par cycle de 24 heures). Il n'aime pas la lumière et se cache durant la journée (sous les caillebotis). Et enfin, il est capable de résister jusqu'à neuf mois sans se nourrir. Le pou rouge pourrait aussi être un vecteur de bactéries et notamment de salmonelles.

Le pou rouge, qui se nourrit du sang des poules, pourrait avoir un rôle de vecteur de salmonelles. (Solvay)

Le pou rouge, qui se nourrit du sang des poules, pourrait avoir un rôle de vecteur de salmonelles. (Solvay)

C'est l'un des travaux de recherche sur lesquels se penche le laboratoire de l'ENV de Lyon. Le rôle vecteur de Dermanyssus gallinae a déjà été montré de façon expérimentale pour S. enteritidis. L'étape suivante, actuellement en cours, consiste à étudier en élevage cet éventuel rôle de vecteur ou de réservoir de la bactérie.

Source Réussir Aviculture Janvier-Février 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires