Pays de la Loire : Le Cravi préoccupé par le renouveau des éleveurs

Pascal Le Douarin

Le Comité régional avicole veut communiquer sur les métiers avicoles pour endiguer la fonte à venir

Comme la planète, le maillon de la production chair connaît lui aussi son réchauffement climatique qui pourrait se concrétiser par la fonte de ses effectifs et à moyen terme par le tarissement progressif de la production. Selon une étude interne de la chambre régionale, l'hémorragie des surfaces régionales, évaluées à 4,4 millions de mètres carrés en chair, pourrait atteindre 7, 17 ou 37 %, selon le scénario prospectif envisagé. Ces chiffres, qui sont des hypothèses et non des certitudes, ont été discutés à l'assemblée générale du Comité régional avicole le 12 mai. Au travers des groupements de producteurs qui le constituent, le Cravi rassemble plus de 90 % des éleveurs chair ligériens.

Jean-François Ramond, président du Cravi : « Notre plus gros chantier c'est de trouver des jeunes et les motiver à pratiquer nos métiers. » (P. Le Douarin)

Jean-François Ramond, président du Cravi : « Notre plus gros chantier c'est de trouver des jeunes et les motiver à pratiquer nos métiers. » (P. Le Douarin)

Des stratégies de communication

Le déséquilibre entre le « papy boom » des départs et la faiblesse des installations n'est pas propre à l'aviculture. En Pays de la Loire, pourtant première nationale avec 748 installations aidées en 2008 (dont 29 en aviculture), la tendance durable est de deux partants (environ 500 par an) pour un installé. De plus, le nombre d'enfants d'agriculteurs âgés de 25 ans ne cessera de décroître jusqu'en 2025 (-40 % entre 2012 et 2025).
Au-delà des dispositifs d'installation animés par les Adasea, il faudra attirer des jeunes non issus de l'agriculture, les former, voire les accompagner financièrement. Dans ce dessein, le Cravi entame une réflexion sur les raisons du non intérêt pour le métier : mauvaise réputation ? méconnaissance ? inattractivité économique ? Afin d'élaborer un plan de bataille, le Cravi a confié une étude à l'École supérieure d'agriculture d'Angers, étude qui sera exploitée en fin d'année au travers de la création d'un outil de communication vers les cibles définies. Pour assurer le renouveau des éleveurs, le Cravi souhaite donner l'impulsion d'une dynamique qui doit nécessairement impliquer les autres maillons partenaires.

Source Réussir Aviculture Mai 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires