Plan de relance 2008-2012 : LDC s'implique fortement

P. Le Douarin

Selon Bruno Mousset, de LDC Amont, le maillon élevage souffre de deux maux : du manque
de surfaces disponibles et de sa perte de compétitivité dans un contexte d'intrants
haussiers (énergie, aliments). Pour y remédier, le groupe propose un accompagnement
financier et un accompagnement technique personnalisé, destinés à se compléter. L'aide de
20 % ou 30 % (avec un plafond variable selon la production) est destinée à redonner une
impulsion vers l'amélioration des bâtiments, qui elle-même apportera de la compétitivité. D'ici
2012, LDC aimerait toucher 400 000 m2 (30 % du parc partenaire) et faire construire 150
000 m2 (15 euros alloués par m2). Le dispositif prévoit un diagnostic préalable avec LDC
Amont, et le choix d'un matériel référencé, sachant qu'existent plusieurs fournisseurs par
équipement. Pour rester compétitif, le groupe va faire évoluer les techniques d'élevage
(souches, gammes alimentaires, essais de poussinières de dinde, poulet lourd…) et
améliorer la logistique (mécanisation du ramassage, respect des plannings).

Source Réussir Aviculture Mai 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires