Restructuration « à marche forcée » pour Armor œufs

Pascal Le Douarin - Réussir Aviculture Mai 2012

Restructuration « à marche forcée » pour Armor œufs
" Quelques situations sans réponse resteront l’échec de ce dossier, » reconnaît Jean Quennemet, président d'Armor œufs. Crédit photo : P. Le Douarin / archives

Le passage aux cages aménagées des élevages du groupement Armor œufs s’accompagne d’une transformation radicale des exploitations.

Jean Quennemet, président d’Armor œufs, et Hugues Mongé, en charge de la production amont des œufs du groupe Glon-Sanders, ont fait le bilan de la mise aux normes des élevages du groupement adossé à Glon. En 2009, le groupement comptait 90 éleveurs. Il n’y en aura plus que 57 à la fin de cette année. Les 4,7 millions de places en cages, chiffre de 2008, seront dépassés fin 2012. Dans l’intervalle, la taille moyenne des élevages de poules en cages sera passée de 51 000 à 84 000 places, en hausse de 65 %. Hugues Mongé est partagé entre douleur et satisfaction. Satisfaction, car l’objectif de conserver le potentiel a été rempli avec des éleveurs d’Armor œufs ou leurs descendants. Douleur pour les arrêts d’activité qui n’ont pas été humainement simples à gérer, avec parfois des problèmes financiers. « La profession a plus œuvré à suivre les nouveaux projets qu’à gérer les sortant sans aucune aide, reconnaît Jean Quennemet. Quelques situations sans réponse resteront l’échec de ce dossier. » Les petits éleveurs sont les laissés pour compte de la course à la compétitivité qui s’impose à toute la filière œuf.

Éleveurs de poulettes oubliés

La mise aux normes a aussi affecté les 65 éleveurs de poulettes du groupement. Les volumes produits sont passés de 8 millions à 6,5 millions en un an. Ces éleveurs ont dû s’adapter en élevant des volailles de chair. Il n’empêche, rappelle Hugues Mongé, que ce secteur qui pèse 236 000 m2 (178 bâtiments) continue de construire, de rénover (12 250 m2), d’investir dans les dalles béton (13 650 m2) afin d’élever de futurs repros. Mais cela ne doit pas cacher le malaise des éleveurs de poulettes. La question de la rémunération est plus que jamais d’actualité.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires