Sélection : Deux champs pour la recherche génomique

Pascal Le Douarin

La recherche génomique a d'abord visé à établir la séquence complète du génome d'organismes simples (bactéries, levures) puis complexes (Homme, souris, poule…). C'est le domaine de la recherche génomique dite « positionnelle » ou « structurale ». En combinant le positionnement des marqueurs et l'expression de caractères, la sélection génomique est une de ses applications.
L'autre domaine d'études concerne la recherche génomique « fonctionnelle » ou « expressionnelle » qui s'intéresse à l'expression des gènes, sous la forme de molécules d'ARN (le transcriptome), puis de protéines (le protéome) qui vont participer au fonctionnement des cellules, donc à l'expression de tel ou tel caractère.

Larges perspectives

Les retombées de la recherche génomique peuvent être importantes. Elles concernent la thérapie génique (maladies génétiques), la mise au point d'OGM, de biomédicaments, mais aussi l'amélioration des processus physiologiques (digestion, croissance, etc.), donc des performances des animaux. Ainsi, on voit émerger la « nutrigénomique » appliquée à la nutrition animale. Elle vise à étudier l'influence d'un nutriment (comme un oligoélément) sur l'expression des gènes, pour orienter les performances zootechniques. Reste à savoir s'il s'agit d'une démarche scientifique ou marketing.

Test de coloration de la viande : une retombée pratique de la génomique

Dans le cadre d'études génomiques sur les gènes impliqués dans le contrôle de la qualité de la viande chez le poulet, l'équipe de Elisabeth Le Bihan-Duval (Inra-Nouzilly) a identifié un gène candidat (à la fois positionnel et fonctionnel) comme marqueur génétique de la coloration. Deux mutations ont été révélées grâce au séquençage du gène. Elles sont responsables de la variation d'expression du gène et affectent la couleur jaune de la viande de poulet. Afin de trier les animaux, les chercheurs ont mis au point un test qui identifie la présence des mutations. Le marqueur génétique et le dosage de son expression peuvent être utilisés pour caractériser ces deux mutations dans une lignée, sélectionner des poulets de couleur de viande plus homogène, effectuer des croisements, adapter l'alimentation en fonction du génotype. À travers Inra Transfert, sa filiale de valorisation industrielle, l'Inra cherche des partenaires industriels pour commercialiser le test protégé par un brevet.

Pour en savoir plus

Voir dossier de Réussir Aviculture de mars 2010. (RA n°154, p. 10 à 20).

Source Réussir Aviculture Mars 2010

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires