Sélection : L'Isabrown mange plus pour produire plus

Pascal Le Douarin

Depuis le lancement de la nouvelle génération de poules Isabrown, la SFPA organise des réunions de présentation du produit et de la gamme du sélectionneur Hendrix Genetics.

L'accouveur de poulettes SFPA — filiale du sélectionneur Hendrix Genetics — a réuni une
vingtaine de clients normands à Villedieu-les-Poêles dans la Manche, à la fin du mois de
mai, pour leur faire part de l'évolution des performances de ses poules. « On ne demande
pas au produit d'être parfait, remarquait un participant. Mais quand il change, on voudrait
savoir comment s'adapter. » Le manque de communication est en train d'être corrigé
assure Laurent Taalbi, directeur général adjoint de la SFPA. L'entreprise veut jouer la
transparence et communiquer avec ses clients pour faire remonter les observations du
terrain au niveau des sélectionneurs d'Hendrix Genetics. « Désormais, SFPA est
hiérarchiquement placé au même niveau que la branche ISA et non plus en dessous »,
souligne Laurent Taalbi.
Malgré un élargissement de gamme opéré avec le rachat de ISA en 2005 par HPB, la poule
Isabrown reste le fleuron du groupe Hendrix Genetics dans le créneau de l'oeuf roux. C'est
normal, car le rapprochement s'est opéré sur la complémentarité entre oeufs blancs (HPB)
et oeufs roux (ISA). « L'Isabrown est notre meilleur produit à oeufs roux, car elle pond
beaucoup d'oeufs et présente la meilleure efficacité alimentaire », argumente Didier
Langlais,
directeur commercial. Elle est aussi bonne « pour la qualité d'oeufs qui s'améliore en fin de
ponte et pour sa viabilité. »






Ces derniers temps, le terrain avait sanctionné le manque de calibre, surtout en fin de
ponte. Ce déficit se traduisait par une masse d'oeufs en retrait.
En réaction, une nouvelle génération a été mise sur le marché depuis avril-mai 2007.
Désormais, afin d'obtenir plus vite des oeufs commercialisables, la montée en calibre est
nettement plus rapide. De ce fait, la masse d'oeufs produite est rapidement plus importante.
Jusqu'à 400 grammes dans la première moitié de ponte. Dès 35-40 semaines, le calibre
peut atteindre les 64-65 grammes et ensuite il se stabilise sans dégradation de coloration, ni
déclassement supérieur.





Célébrissime cliché d'Isabrown. Si la poule évolue au plan génétique, son phénotype (« look ») ne varie guère. (ISA)

Célébrissime cliché d'Isabrown. Si la poule évolue au plan génétique, son phénotype (« look ») ne varie guère. (ISA)

 

Un meilleur appétit

Cette amélioration est rendue possible par une poule manifestant un meilleur appétit en
élevage et en début de ponte, ce qui lui permet de continuer sa croissance jusqu'à 30-32
semaines, tout en montant en calibre. « On a tout intérêt à ce qu'elle mange beaucoup, afin
qu'elle ne puise pas dans ses réserves, sachant aussi que cette souche a été sélectionnée
pour ne pas engraisser. »
La croissance se termine deux semaines plus tôt qu'avec l'ancienne génération (1,85-1,9
kg vers 32 semaines). Didier Langlais cite des exemples de lots à 63 grammes de masse
produite par jour et par poule avant 40 semaines. Ensuite, une fois la croissance terminée,
le calibre est géré par l'alimentation, en modulant le volume et/ou la concentration
énergétique. En ce qui concerne la persistance, « ce n'est pas parce qu'elles pondent bien
au début qu'elles s'effondrent à la fin », poursuit le directeur commercial. L'amélioration
génétique d'ISA est continue, ainsi que celle sur la qualité des oeufs. Dans un contexte
d'aliment cher, le directeur commercial estime que la bonne fourchette de réforme se situe
entre 72 et 76 semaines, car la marge baisse très rapidement eu égard à la dégradation de
l'indice de consommation (IC). Mais avec la sélection génétique sur l'indice en fin de ponte,
la situation évoluera complète Thierry Burlot, le généticien d'ISA. Au final, malgré une
consommation d'aliment plus élevée, l'IC reste au même niveau que la génération
précédente du fait de la plus grande masse d'oeufs.




Préparation fondamentale

Pour parvenir à ce rapide démarrage de la ponte, comment élever la poulette de dernière
génération ? Au niveau de la croissance, Didier Langlais préconise de tenir le maximum de
la courbe. « L'objectif de poids à 18 semaines se situe un peu en dessous de 1,6 kg pour
exprimer le meilleur potentiel. Les poulettes mangent mieux qu'auparavant. Évitez de
rationner en fin d'élevage lorsque la grappe ovarienne se met en place. Acceptez d'investir
100 ou 150 grammes de plus en aliment poulettes pour avoir de meilleures performances
en ponte. Au besoin, vous pourrez diminuer la concentration afin d'augmenter les temps de
consommation. » Globalement, la consommation d'aliment se situera entre 6,5 kg et 6,9 kg
selon le poids au transfert.
À quel moment stimuler la poulette ? « Toujours à 1,250 kg avec si possible 80 %
d'homogénéité et avec deux heures de lumière supplémentaire. Dès 1,2 kg pour ceux qui
ne cherchent pas à faire des calibres élevés, à condition toujours d'avoir l'homogénéité. » À
poids égal, une semaine de stimulation en moins, c'est un gramme de poids moyen en
moins (environ 300 g en moins sur le lot). Ce poids peut s'obtenir plus tôt qu'auparavant, du
fait du meilleur appétit. « Entre 13 et 14 semaines », estime Didier Langlais. Enfin, il rappelle
trois critères à connaître pour évaluer l'état d'un lot en phase d'entrée en ponte : la
consommation journalière d'aliment, la masse produite par poulet et par jour, et le poids des
poules.



Enquête SFPA : des performances au-dessus du standard

La société SFPA a demandé à ses clients de lui faire part des résultats des poules Isabrown
de nouvelle génération qu'elle leur fournit depuis mi-2007. Voici la synthèse des performances
obtenues sur des poules âgées de 30 à 45 semaines d'âge au cours du premier semestre de
cette année. Les résultats sur les poules en fin de ponte sont encore insuffisants en nombre
de lots pour avoir une valeur représentative. En termes de nombre d'oeufs, l'écart au standard
est de + 5,3 à 50 semaines et de + 3,05 % (301,6 g) pour la masse produite.

 

Source Réussir Aviculture Septembre 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires