Bactérie mortelle : Madrid nie la responsabilité de ses concombres

L'Espagne nie en bloc que ses concombres soient à l'origine de la propagation de la bactérie qui a provoqué quatorze décès en Allemagne. Une suspicion qui provoque une paralysie des exportations espagnoles de fruits et légumes vers l'Europe.

« Les concombres espagnols ont été désignés comme responsables de cette situation. Il faut dire que ce n'est pas vrai et nous devons demander aux autorités allemandes qu'elles bouclent immédiatement l'enquête qu'elles mènent », insiste la ministre de l'Agriculture espagnole Rosa Aguilar.

« On est en train de nuire à l'image de l'Espagne, on est en train de nuire au secteur producteur espagnol et le gouvernement espagnol n'est pas disposé à accepter cette situation », a déclaré la ministre qui précise que les dommages causés au secteur espagnol sont énormes et «irréparables ». La ministre parle de dégâts de plusieurs millions d'euros qui affectent désormais les autres productions agricoles espagnoles.

La Fédération espagnole des producteurs-exportateurs de fruits et légumes (Fepex) confirme que les accusations des autorités allemandes ont provoqué une paralysie des exportations espagnoles de certains produits dans toute l'Europe et l'annulation de commandes. Selon elle, « les conséquences économiques sont déjà très graves pour le secteur des fruits et légumes espagnols ». Ce dernier a exporté en 2010 9,4 millions de tonnes de produits, dont 24% vers l'Allemagne, son premier marché.

Selon l'organisme de statistiques européen Eurostat et le ministère français de l'Agriculture, l'Espagne était en 2008 le premier producteur de concombres en Europe, avec 27% de la production totale, devant les Pays-Bas (20%).

Le bilan s'élève désormais à 14 morts en Allemagne et les soupçons se portent toujours vers des concombres biologiques issus de cultures sous serres en Andalousie (sud de l'Espagne). Une contamination le long de la chaîne de distribution n'est toutefois pas exclue.

Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier