Budget de l’UE : « des propositions inacceptables » pour la PAC (Stéphane Travert)

ASL

Budget de l’UE : « des propositions inacceptables » pour la PAC (Stéphane Travert)

Pour compenser le Brexit, la Commission européenne a plaidé pour une baisse de 5% du budget de la PAC. Stéphane Travert a immédiatement dénoncé dans un communiqué « des propositions inacceptables. »

Ce mercredi, la Commission européenne a rendu ses propositions relatives au cadre financier pluriannuel 2021-2027, avec comme objectif de compenser le départ du Royaume-Uni « contributeur net » programmé pour 2019. D’après Jean-Claude Juncker, le Brexit va laisser un « trou de 15 milliards d’euros » par an dans les finances européennes. Pour le président de la Commission « le nouveau budget est l'opportunité de façonner l'avenir de notre nouvelle Union à 27, une Union ambitieuse, liée par un esprit de solidarité. »

 

Parmi les propositions de la Commission pour compenser le Brexit et financer les nouvelles priorités : une réduction de 5% du budget de la PAC, jugée immédiatement « inacceptable » Stéphane Travert. « Une telle baisse, drastique, massive et aveugle, est simplement inenvisageable » pour le ministre de l’agriculture. Le communiqué précise que cette baisse « comporte un risque sans précédent sur la viabilité des exploitations en impactant dangereusement les revenus des agriculteurs pour qui les aides directes constituent un filet de sécurité essentiel. La France ne pourra accepter aucune baisse de revenu direct pour les agriculteurs. »

Dans son communiqué, le ministère indique qu'il va « analyser de manière approfondie » ces propositions qui vont être négociées au niveau européen. Stéphane Travert a déclaré vouloir « un budget responsable. » Et d’ajouter « dès aujourd’hui je vais m’entretenir avec mes homologues européens afin d’obtenir la prise en compte dans les équilibres budgétaires européens des enjeux agricoles et alimentaires, qui sont cruciaux. »

 

En accord avec le ministre de l’agriculture, la coordination rurale également jugé « inacceptable » la baisse du budget de la PAC. « Il n’y a plus à tergiverser : la France doit maintenant prendre la tête d’une remise en cause radicale de la Politique agricole commune et faire des propositions pour une politique moins dispendieuse mais efficace, avec des productions et des marchés régulés et protégés assurant un revenu équitable et stable aux agriculteurs européens que le système absurde actuel fait disparaître à un rythme accéléré » a déclaré Bernard Lannes, président de la Coordination Rurale dans un communiqué. 

Pour la FNSEA, l'agriculture est « sacrifiée puisque la PAC connaît un réel coup de rabot de 10% en tenant compte de l'inflation ! » Pour le syndicat, « la PAC a de nouveau rendez-vous avec l’histoire » faisant référence à l’accord Chirac-Schroeder de 2002. La FNSEA en appelle au président de la République afin de « trouver un accord avec Mme Merkel pour conforter la première politique européenne intégrée et redonner confiance aux agriculteurs. »

Pour la Confédération paysanne « la première question qui doit être posée s’agissant de la PAC est celle de ses objectifs. » Le syndicat défend « le projet d’une politique agricole et alimentaire commune (PAAC) post 2020 au service de paysan-ne-s plus nombreux, au service des citoyen-ne-s et des territoires. Ce projet ambitieux doit permettre d’assurer une alimentation de qualité, de garantir un revenu aux paysan-ne-s grâce à des prix stables et justes et de réussir la transition agricole vers une agriculture paysanne résiliente économiquement et face au dérèglement climatique. Or ce projet exige un budget conséquent qui permette réellement de réorienter l’agriculture en France et en Europe. »

Pour aller plus loin : 

Budget de l'UE: des hausses, des baisses et des nouveautés

Budget de l'UE: coups de rabot en vue après le Brexit

Sur le même sujet

Commentaires 5

AGREGATS

Le ministre jouera toujours la comédie.. n France, il dit et à Bruxelles, il dit ??? De nombreux agriculteurs souhaiteraient des prix alors à un moment , il faut savoir ce que l'on dit et ce que l'on fait...Les aides ont généré une paperasserie abyssale, la moitié du budget des aides est consommé pour les distribuer... Il faudrait peut être sortir de ce carcan et repenser une véritable rémunération de nos exploitations par des prix adaptés..Tout est faussé uniquement pour la préservation du panier de la ménagère..Tous les paysans doivent évoluer vers un produit fini... Pas besoin de livrer les céréales dans les OS et les COOP mais fabriquer et livrer de la farine..

bou21

Si nos produits étaient payés à leur juste valeur on aurait que faire des aides européennes.
Depuis plus de trente les prix stagnent ou voir a la baisse. Si le lait aurait suivi ne serait-ce que l inflation il serait payé aujourd'hui 450 au lieu de 300..................

hetre humain

pour pas que les agriculteurs à titre principal soient laisés par rapport aux pluriactifs ses derniers ne devraient toucher les aides pacs que si il ont un salaire inférieur au smic cela redonnerais plus d'actrativité au métier d agriculteur

pessimist

Gesticulations de la part du ministre!
Une baisse du budget n'est pas grave si les prix à la production augmentent.
Mais la signature des traités de libre échange déséquilibrés ne vont pas dans ce sens.
Une seule solution hélas nous reste, c'est celle d'affamer le peuple pour redonner la valeur et la place de l'alimentation dans l'esprit de nos dirigeants.
Ce sera cela ou disparaître!

hetre humain

il y a longtemps que l on nous rognes les aides modulation de 10% depuis sakorzy ensuite monsieur le foll et nos prix baisse avec une augmentation des charges l agriculture serrait la sncf il y a longtemps que plus personne ne mangeraient que des produits importés d ailleur

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires