Crise des fruits : Bruno Le Maire promet de durcir le combat contre la fraude

avec AFP

Le ministre de l'Agriculture promet de durcir le combat contre les importations et la vente illégale de fruits et légumes.

Mardi, Bruno Le Maire a participé, au sud de Perpignan, à une opération de contrôle de camions en provenance d'Espagne et a promis une réponse immédiate et concrète à la crise actuelle des fruits et légumes. Le ministre a notamment parlé de sanctionner ceux qui s'approvisionnent illégalement pour revendre les fruits moins chers. « Les services de répression de la fraude doivent aussi intensifier la traque aux camions venus d'Espagne sans bon de commande », a-t-il dit. Seront également sanctionnés, « ceux qui jouent avec le calibrage des fruits », a prévenu le ministre.

Le kilo de pêches revient à 1,40 euro au producteur

La profession se dit en plein marasme. Elle s'émeut de vendre à perte, dénonce la concurrence déloyale exercée selon elle par des pays comme l'Espagne ou l'Italie, et le chantage pratiqué par la grande distribution.

Selon la FDSEA des Pyrénées-Orientales, le coût direct d'une heure de travail est de 11 euros pour un producteur de pêches français quand il est au maximum de 4 ou 5 euros de l'autre côté de la frontière pour un Espagnol.

La profession se dit aussi victime du chantage de la grande distribution qui la force à vendre à perte sous peine de s'approvisionner ailleurs. Le kilo de pêches revient à 1,40 euro à son producteur, mais il lui est acheté un euro, affirme la FDSEA.

Les producteurs ont encore exprimé leur exaspération samedi en défonçant le portail du consulat d'Espagne à Perpignan et en y déversant des centaines de kilos de pêches. M. Le Maire a dit comprendre ce désespoir, mais aussi condamner les violences.


Un plan de sortie de crise le 7 septembre

Les professionnels attendent des mesures de trésorerie les aidant à rembourser leurs emprunts ou à amortir les prélèvements et les cotisations. Au-delà des mesures immédiates, « il faut être capable d'apporter des réponses de fond », a déclaré M. Le Maire dans la presse locale. « Il est donc indispensable d'harmoniser les règles européennes ».

Une des clés pour aider les producteurs français est l'harmonisation du coût du travail français avec celui des Espagnols ou des Italiens. Ainsi, le plan de sortie de crise que le ministère a promis aux producteurs pour le 7 septembre sera une « réponse conjoncturelle, structurelle et européenne » , a-t-il dit.

Publié par avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires