Gis Piclég : ça avance

Véronique Bargain

Gis Piclég : ça avance
- ©

Le Gis Piclég (*) a présenté ses dernières avancées les 24 et 25 novembre à Nantes, dans la nouvelle Maison des Maraîchers Nantais.

réé en 2007 par Légumes de France, l'Inra et le Ctifl, le GIS Piclég vise à mobiliser les acteurs de la recherche-développement pour proposer des systèmes de culture respectueux de l'environnement et économiquement performants. En 2016, des avancées ont été obtenues sur le biocontrôle de la mouche du chou en brassicacées par la technique du push-pull. Les chercheurs ont notamment identifié un composé volatil, l'eucalyptol, qui réduit l'infestation des brocolis de 50 %, et une culture piège, le chou chinois, qui attire le ravageur. Des travaux devraient aussi commencer pour identifier des sources de résistance à la mouche du chou. Un autre programme, Pathosol, sur la protection contre les pathogènes du sol en Pays de la Loire, a montré l'intérêt en général des engrais verts, de la solarisation et des biostimulants. « Les producteurs se sont déjà appropriés ces techniques, a souligné Brigitte Pelletier, de l'Arelpal. En cinq ans, les surfaces en engrais verts en région nantaise sont passées de 0 à 200-300 ha ».

(*) GIS PIClég (Groupement d’Intérêt Scientifique pour la Production Intégrée en Cultures légumières) est né en 2007 sous le parrainage du Ministère de l'agriculture, à l’initiative des Producteurs de Légumes de France, de l’INRA et du Ctifl, avec pour ambition de mobiliser l’ensemble des acteurs de la recherche et du développement pour proposer aux producteurs de légumes des systèmes de cultures respectueux de l’environnement et économiquement performants.

Lire la suite dans le numéro 368 de Réussir Fruits & Légumes.

Source Réussir Fruits et Légumes

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier