Les risques du métier

Maude Le Corre

Les risques du métier
La prise de risque a été illustrée avec talent par la troupe Bataclown, présente lors de la convention Propulso®. - © Maude Le Corre

Le risque, comme élément incontournable de la vie, comme frein et moteur, a été analysé au cours de la soirée et de la matinée de la Convention Propulso® pour les acteurs de la filière fruits et légumes de la grande Aquitaine.

La filière fruits et légumes de la grande Aquitaine s'est réunie mi-décembre lors de la Convention Propulso®  sous le thème du risque. La question du jour « Paysan : métier à risque ? » a été débattue en table ronde après avoir écouté Gérald Bronner, professeur de sociologie (voir RFL n°356). Celui-ci constate que ce qui faisait rêver nos ancêtres nous fait maintenant frémir. L'espoir d'une mécanisation de l'environnement pour faire face à de nombreuses incertitudes, notamment alimentaires, s'est mué au XXIème siècle en une crainte des conséquences de nos actions. « Nous vivons actuellement dans une idéologie du précautionisme qui instaure un certain rapport au risque, précise le chercheur. Dans le principe de précaution seul le risque des conséquences de l'action est pris en compte et pas celui des conséquences de l'inaction ». Ce problème de perception du risque, propre au fonctionnement de notre cerveau, est amplifié par la disponibilité et la massification de l'information. Il saperait la confiance que nous avons en l'homme. « Cette détestation de l'homme ou anthropophobisme a pour conséquence une méfiance vis-à-vis de tous, dont l'agriculture pâtit », souligne Gérald Bronner. Or le risque est le moteur de développement des sociétés humaines : « Sans lui, l'humanité pourrait se recroqueviller », commente le sociologue. Les témoignages des trois producteurs présents à la table ronde ont bien insisté sur ce côté moteur.

Lire la suite dans le numéro 357 de Réussir Fruits & Légumes.

Source Réussir Fruits et Légumes

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier