Pêches : une récolte en baisse de 8%

Pêches : une récolte en baisse de 8%

Au 1er juillet 2012, le potentiel de production en pêches, nectarines, brugnons et pavies reculerait de 8 % par rapport à 2011 et de 12 % si on compare à la moyenne quinquennale. En juin, l’indice des prix à la production est supérieur de 17 % à 2011 et de 8 % comparé à la moyenne 2007-2011 pour le même mois.

Pêches : une récolte en baisse de 8%

Baisse prévue de la production

Au 1er juillet 2012, la production de pêches, nectarines, brugnons et pavies est estimée à 278 000 tonnes par le Service de la Statistique et de la Prospective (SSP) du Ministère de l'Agriculture. Ce niveau de production serait inférieur à celui de l’an dernier de 8 %, et inférieur à la moyenne 2007-2011 de 12 %. La surface du verger de pêchers poursuit sa diminution en 2012, conséquence de difficultés économiques et de dispositifs d’arrachage liés à la sharka (- 5% en un an, - 13 % par rapport à la moyenne quinquennale).

En Languedoc-Roussillon, la belle floraison laissait présager en avril des rendements en hausse comparés à 2011. La diminution de la production régionale provient principalement d’une baisse des surfaces en production dans le Gard, en plus d’un orage en mai ayant affecté la moitié du verger du Roussillon en mai.

Le calendrier de récolte reviendrait à la normale, après une année exceptionnellement précoce.

En région PACA, le potentiel est revu à la baisse depuis la dernière prévision, notamment en nectarines, en raison d’intempéries survenues fin mai et début juin. Les surfaces sont revues à la baisse, du fait d’arrachages constatés.

En Rhône-Alpes, les premières récoltes débutent dans la vallée du Rhône par les variétés précoces qui présentent un rendement plutôt faible. Pour les autres variétés, les volumes semblent prometteurs, un éclaircissage important a été réalisé. En nectarine, il est relevé quelques vergers avec des fruits cerclés et boisés. Concernant l’aspect sanitaire, la météorologie variable favorise le développement de foyers de tordeuses, d'oïdium et d'attaques de pucerons

Selon MEDFEL (Europech), la récolte européenne serait équivalente à celle de 2011 en terme de volume. Les récoltes italienne et espagnole seraient stables sur un an. Il convient de rappeler que 2011 avait été une année de production importante en Espagne.

Pêches : une récolte en baisse de 8%

Mise en avant du produit

Les premières pêches en provenance d’Espagne commencent leur commercialisation en fin de mois de mai, dans un marché peu actif. Fin juin, l’origine France prend le relais et est mise en avant dans les linéaires de GMS, alors que les importations espagnoles reculent. Bien que les cours en fin de mois aient reculés, au global, l’indice des prix à la production est un peu supérieur à la moyenne (+ 8 %).

La campagne de commercialisation 2011 avait démarré de façon précoce par les premières récoltes du Roussillon fin mai. En juin, les autres régions commençaient à rentrer en production alors que la récolte battait son plein dans le Roussillon. Le marché se déséquilibrait d’emblée : la demande n’était pas suffisante pour absorber une offre très précoce. En fin de mois, le marché tendait à s’améliorer grâce à une réactivation des ventes, favorisées par un temps estival et un report vers l’origine France. Les cours se situaient en juin très en dessous de la moyenne quinquennale (- 10 %). Ils étaient plus proches d’un niveau de cours de pleine campagne.

En juillet, le pic de production national était atteint. Malgré une bonne mise en avant du produit français, la demande ne suivait pas, pénalisée par un temps frais pour la saison. Résultat : les cours restaient toujours inférieurs de 10 % à la moyenne quinquennale.

Source Agreste Conjoncture

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires