Touche pas à mon échalote !

S C

Touche pas à mon échalote !

Les producteurs d'échalotes dénoncent une nouvelle supercherie de commercialisation d'oignons sous l'appellation d'échalotes, mettant au jour un différend vieux de quinze ans.

Dans la famille échalote...

Touche pas à mon échalote !

Historiquement l’échalote est issue d’un bulbe qui se plante et se multiplie, tandis que l’oignon est issu d’une graine et se sème. En 2000, un semencier hollandais a mis au point un hybride qui se sème. La Cour de Justice Européenne donne aujourd’hui la possibilité à certaines de ces variétés de bénéficier de l’appellation «échalote issue de semis».

Montés au créneau, les producteurs de la véritable échalote traditionnelle ont obtenu une appellation spécifique «Échalotes Traditionnelles », reconnaissable par l’étiquette apposée sur le  colis lui-même.

Suspectant une supercherie d’oignons commercialisés sous l’appellation échalote, la «Section nationale échalote»  a mené l’enquête et a réalisé ses propres essais sur plusieurs variétés d’échalote de semis, autorisées à bénéficier de l’appellation échalote. Résultat : un certain nombre de variétés, inscrites au Pays-Bas et au catalogue Européen en tant qu’échalotes de semis, sont en fait des oignons ! Les producteurs français accusent donc leurs homologues néerlandais de ne pas respecter le protocole de reconnaissance de l'échalote établi en 2005 au niveau européen.

Fausse échalote ou vrai oignon ?

Les producteurs d'échalotes demandent aujourd'hui la radiation des catalogues officiels des variétés ne répondant pas aux caractéristiques de l'échalote et réclament l'interdiction immédiate de vendre les bulbes de ces variétés sous le nom d'échalote pour "cause de tromperie du consommateur". Ils demandent également un dédommagement pour le préjudice subi.

"L'échalote traditionnelle a perdu entre 10 et 15% de parts de marché au cours des cinq dernières années face à la percée de  l'échalote de semis", explique  Pierre Bihan-Poudec, président de la section nationale Échalote.

Avec environ 40.000 tonnes récoltées chaque année, la Bretagne et le Val de Loire assurent 80% de la production nationale et près de 70% de la production européenne. D’après les producteurs français, l’échalote issue de semis n’a «ni la finesse, ni la constance de goût de l’échalote traditionnelle».  

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier