Energie et agriculture : Le chanvre industriel, une source de biocombustible

Raphaël Lecocq

La production de biocombustible est un des multiples débouchés possibles du chanvre. Le profil durable de l'espèce ne se dément pas. Le Cetiom dresse un point sur la culture en France.

Depuis quelques années, la culture réglementée du chanvre se maintient aux alentours de 8500 ha. La France se situe au premier plan européen en assurant environ 50 % de la production, loin devant l'Allemagne et le Royaume-Uni. La production est concentrée dans six bassins. Les premiers départements concernés sont l'Aube, la Champagne, la Vendée et la Haute-Garonne. Le chanvre produit des graines oléagineuses (chénevis) à raison de 6 à 18 q/ha. La production de paille oscille entre 3 et 15 t/ha.

1 t/ha de poudre organique

La paille de chanvre se décompose en trois sous-produits. La partie fibreuse des tiges alimente les filières papeterie et plasturgie. La partie ligneuse sert le paillage ou le bâtiment (isolant, béton). L'opération de défibrage produit une poudre organique, équivalant à environ 1 t/ha de matière, avec pour débouché la production de biocombustible compressé. Au plan agronomique, le chanvre est une espèce au cycle végétatif court (avril à septembre) ne requérant aucune protection phytosanitaire et peu gourmande en azote. Les exigences d'allongement de rotation et de baisse des indices de fréquence des traitements (IFT) pourraient conforter l'espèce dans l'Hexagone. A cet effet, le Cetiom vient de réactualiser une brochure récapitulant ses vertus.

La récolte du chanvre peut ne concerner que les fibres, ou se produire en deux temps avec la récolte préalable des graines (Doc Cetiom)

La récolte du chanvre peut ne concerner que les fibres, ou se produire en deux temps avec la récolte préalable des graines (Doc Cetiom)

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires