Lait - Pac 2010 - Plus d'aides pour le système extensif

COGEDIS

La nouvelle Pac est plus favorable au système extensif. Pour autant, il est peu probable que les producteurs intensifs changent de système.

Des primes couplées pour les céréales et le maïs en baisse, une revalorisation des DPU liée aux surfaces en herbe, de nouvelles aides couplées pour soutenir les protéagineux ou la diversité des assolements… Le système extensif ressort gagnant de cette nouvelle Pac.

Référence 2008

Pour autant, il serait étonnant que les éleveurs modifient leurs modes de fonctionnement, compte tenu des différentiels d'aides observés, et des enjeux économiques liés à un changement de système. Ceux qui souhaiteraient extensifier leur système ne pourraient bénéficier de plus de primes liées aux surfaces herbagères puisque c'est 2008 qui sert de référence. Ceux qui souhaiteraient intensifier, profitant de leur référence de 2008, seraient limités par l'obligation de maintien des prairies permanentes et temporaires de plus de 5 ans, et ne pouvant convertir qu'au maximum 30 % des prairies de moins de 5 ans…
Certains éleveurs pourront prétendre aux nouvelles aides couplées issues des 4,55 % de prélèvement sur les DPU. L'aide à la mise en place de protéagineux par exemple, avec 150 € par ha en 2010, est à étudier. Attention, car s'agit là d'une spéculation. Si la marge protéagineux est inférieure de plus de 150 € à une culture classique, il n'y aura aucun avantage économique ! Les aides ne doivent en aucun cas constituer le seul élément d'arbitrage. En premier lieu, c'est le potentiel agronomique et pédoclimatique, sans oublier bien sûr les objectifs de l'éleveur qui détermineront les choix.

Redistribution

Concrètement, tout ce qui restait couplé jusqu'à présent va disparaître des exploitations et être redistribué de façon différente. Tout ou presque, puisqu'une grande partie de la PMTVA va, elle, rester couplée. Une part de ces aides couplées permettra de revaloriser les Droits à paiement unique (DPU) de l'exploitation. Cette part variera en fonction des aides couplées concernées. En clair, 44,5 % des aides COP, 87,5 % de la prime à l'abattage ou encore 100 % du supplément blé dur viendront revaloriser les DPU déjà existants sur l'exploitation. Le reste ne sera pas forcément perdu. Il permettra de constituer des enveloppes qui seront redistribuées dans les DPU existants sous conditions de détention de surface en herbe, de maïs valorisé par les animaux, ou qui permettront la création de DPU légumes par exemple.
Prenons le cas de M. Dupré qui exploite en système extensif avec une pression laitière inférieure à 5000 l/ha SFP, un chargement de 1,21 UGB/ha et 50 VL pour 295 000 l. Il exploite 78,4 ha de SAU répartis entre 15,2 ha de maïs ensilage, 49,7 ha d'herbe et 13,5 ha de blé. L'éleveur possède 78,4 DPU à 253 €.

Revalorisation de 1439 €

Entre 2009 et 2010, une partie de ses aides couplées sont utilisées pour revaloriser ses DPU. Le reste est remonté dans les enveloppes nationales qui sont redistribués dans les DPU existants (sauf pour les légumes), en fonction de sa surface en herbe et du maïs valorisé par les animaux. Pour la revalorisation liée à l'herbe, la période de référence est l'année 2008. Pour un chargement de plus de 0,8 UGB par ha, il va percevoir 80 €/ha d'herbe sur les 50 premiers hectares, puis 35 €/ha sur les suivants. Avec 49,7 ha, cette revalorisation est importante. Pour le maïs, il verra ses DPU revalorisés de 20 €/ha de maïs, dans la limite de 15 ha, et sous condition de posséder plus de 10 UGB lors de l'année de référence. Cette année de référence sera définie entre 2005 et 2008 en fonction des exploitations. Au total, après le nouveau prélèvement de 4,55 % destiné aux nouvelles aides couplées et la modulation de 8 %, le montant des aides de M. Dupré est revalorisé de 1439 €.
A contrario, sur le système plus intensif (plus de 9000 l/ha SFP) l'impact est négatif. Pour une exploitation laitière de 50 VL pour 355 000 litres avec 22,3 ha d'herbe, 17,1 ha de maïs fourrage (soit un chargement de 1,86 UGB/ha), 17,5 ha de cultures de vente et 56,9 DPU à 360 € de moyenne, la perte sera d'environ 800 € d'aides Pac en 2010 par rapport à l'année 2009, à assolement constant.

 

Source COGEDIS

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires