Lait : Pour diminuer les charges, déléguer les travaux de cultures

COGEDIS FIDEOR

Dans un contexte laitier difficile, il existe d'autres alternatives que l'investissement individuel pour gérer les travaux des champs.

20 % en cinq ans ! C'est la hausse des charges de structure liées à la mécanisation dans les exploitations laitières. Avant d'investir, il est nécessaire d'évaluer le besoin. Souvent l'éleveur cherche à améliorer la qualité de travail en termes de temps et de confort. Mais la délégation est une solution technique intéressante qui permet d'éviter cette dépense.

Coût horaire

Le mieux est de commencer par un audit du parc. Grâce à cela, l'exploitant connaît le coût horaire de son matériel. Il peut ainsi déterminer le coût de fonctionnement du matériel en fonction de son degré d'utilisation. Fort de ce critère, l'éleveur est en mesure de décider de le conserver, de le remplacer en copropriété ou en Cuma, ou bien encore de déléguer en utilisant les services d'une entreprise de travaux agricoles (ETA).
Prenons l'exemple de M. Dupré. Il élève 50 vaches laitières pour un quota de 350 000 litres et une surface de 30 ha d'herbe et 20 ha de maïs. L'éleveur possède un vieux semoir qu'il va devoir renouveler incessamment. Un semoir neuf coûterait 8000 €, à amortir sur 5 ans. Il pourrait être financé par un prêt à un taux de 4 % sur 5 ans. Le coût horaire de ce matériel associé à un tracteur serait de 10 €/h pour 2 ha/heure. D'après un devis, les frais en cas de recours à une entreprise seraient environ de 50 €/ha pour environ 20 ha. Au final, le recours à l'entreprise permet un gain de trésorerie annuel de 626 € pendant les cinq ans d'amortissement (cf. tableau 1). L'éleveur va gagner dix heures sur le temps de semis. Si l'on ajoute les délégations possibles et les reports de temps de travaux de la culture sur l'élevage, on peut aboutir à des gains de productivité qui améliorent le chiffre d'affaires. Par contre, au bout de 5 ans, l'avantage revient, annuellement, en faveur de l'investissement individuel (cf. tableau 2). Mais en cumul, l'équilibre entre les deux solutions n'est finalement trouvé qu'au bout de dix ans et demi d'utilisation. Et il faut intégrer le gain de temps…

 

Gain de temps

La délégation à une Entreprise de travaux agricoles (ETA) n'est pas à négliger. Le coût horaire d'utilisation d'un matériel acquis en propre est souvent plus élevé que le coût horaire d'un entrepreneur qui, lui, va diluer son investissement sur un nombre d'heures d'utilisation beaucoup plus important, et ainsi optimiser l'utilisation de sa machine. De plus, finis les soucis techniques ou de réglage qui prennent beaucoup de temps dans une exploitation agricole. Si le choix de l'équipement individuel est intéressant sur le long terme, il faudrait pouvoir intégrer le gain de temps dans le calcul de comparaison avec la solution de délégation. L'un des freins majeurs au développement de cette solution est à chercher du côté psychologique. Il est parfois difficile de franchir le pas. Beaucoup d'agriculteurs ont du mal à entrer dans la logique de délégation car ils ressentent le besoin de maîtriser le processus.

 

Source COGEDIS FIDEOR

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires