Méthanisation individuelle ou collective : Le temps des projets

COGEDIS FIDEOR

La méthanisation, qui permet de transformer des matières organiques en énergie, revêt un caractère prioritaire de développement des exploitations agricoles au sein de leur territoire.

La méthanisation représente un réel intérêt pour l'éleveur. C'est une technique (cf. encadré) qui peut contribuer à limiter les apports minéraux sur les parcelles tout en permettant une économie d'énergie sur l'exploitation. Qui plus est, la méthanisation engendre une réduction des problèmes d'odeurs (diminution du stockage du lisier) et représente une source de chauffage pour les bâtiments. C'est aussi une diversification de l'activité agricole (production d'énergie, traitement des matières organiques) et des débouchés pour les cultures. Attention cependant, ce procédé n'est en aucune façon une solution de résorption de l'azote produit sur l'exploitation.

Approche locale

La mise en place d'une unité de méthanisation ne s'envisage que sur un périmètre réduit. L'implantation peut se faire en unité individuelle sur l'exploitation ou collective sur un site dédié. Dans le premier cas, l'éleveur pourra également alimenter sa station avec des résidus de cultures (maïs, céréales) ou des cultures dérobées. L'approvisionnement en substrats ne peut se faire qu'au niveau local à l'échelle d'un petit territoire. Cela signifie que la présence à proximité d'industries agroalimentaire ou de collectivités est nécessaire pour permettre un bon approvisionnement en graisse, substrat très méthanogène. Au final, la méthanisation procure une solution de gestion aux entreprises qui apporteront leurs déchets. Elle maintient des activités économiques et des emplois locaux. Là aussi, cette production d'énergie renouvelable contribue à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et réduit la pollution due au lessivage de l'azote. C'est une approche durable et locale de la gestion des déchets d'un territoire.

Un soutien aux projets

Le ministère de l'Alimentation, de l'agriculture et de la pêche (MAAP) poursuit en 2010 son soutien au développement de la méthanisation agricole. Le Plan de performance énergétique bénéficie en 2010 d'une dotation d'environ 7 millions d'euros réservée aux projets de méthanisation. Pour les projets collectifs de méthanisation, le montant maximum retenu éligible pour le calcul de l'aide du ministère est fixé à 500 000 €

Plan algues vertes

Un appel à projets a été également lancé sur les bassins versants algues vertes. Des solutions globales sont attendues : ramassage et traitement des algues vertes par méthanisation, collecte et traitement des lisiers par méthanisation. Le projet doit aussi intégrer un plan d'approvisionnement ainsi que les conventions avec les exploitants agricoles (cultivant les terres qui recevront les digestats) et le taux de substitution des engrais minéraux. L'Etat apportera un soutien supplémentaire au développement d'unités de méthanisation des lisiers sur les bassins versants concernés. Cela se traduira par un tarif national de rachat de l'électricité et du biogaz et par une aide spécifique à l'investissement accordée par voie d'appel à projets dont les modalités seront établies en lien avec les acteurs locaux. Le plan biogaz agricole 2007-2010 mis en place par les régions Bretagne et Pays de la Loire vient compléter les plans mis en places. Il est reconduit pour 2010. Son objectif principal est d'accompagner les projets, de diffuser la technique de méthanisation et de valider les dossiers en concertation avec les pouvoirs publics (conseils régionaux, Ademe…).

Par ailleurs, la loi Grenelle 2 portant engagement national pour l'environnement donne dorénavant une possibilité d'injecter le biogaz dans les réseaux de gaz naturel. Les conditions seront fixées par la Commission de régulation de l'énergie (CRE). Outre cette mesure nationale, une aide spécifique à l'investissement sera accordée par voie d'appel à projets coordonné par l'Ademe. L'appel à projets intègre deux objectifs prioritaires : la nécessité de garantir une collecte optimisée des quantités de lisiers excédentaires et la substitution de 50 % des engrais minéraux utilisés dans la zone, par les digestats issus de la méthanisation. Il est lancé en 2010 afin de voir les premières unités opérationnelles en 2012.
Plusieurs outils comme Méthasim peuvent aider les éleveurs à concevoir un pré-projet. L'aide d'un bureau d'études s'impose pour bien aborder la faisabilité technique, économique et juridique.

Le principe de la méthanisation

La méthanisation est un procédé biologique qui permet de transformer des matières organiques en produisant de l'énergie et un digestat utilisé comme fertilisant. Cette méthanisation contrôlée valorise les émissions de méthane (gaz à effets de serre) qui auraient été produites lors d'une méthanisation naturelle. Les procédés se distinguent essentiellement selon le mode continu ou discontinu d'alimentation et selon le procédé par voie humide ou voie sèche Cette technique peut être appliquée à l'échelle de l'exploitation ou de manière collective sur un site dédié.

 

Source COGEDIS FIDEOR

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires