Menu
PleinchampTV Lettre d'info

Résultats 2009-2010 : La crise n'épargne pas les jeunes

COGEDIS FIDEOR

L'étude des résultats des jeunes agriculteurs 2009-2010 réalisée par Cogedis Fideor met en exergue une situation difficile, due à la crise, et qui n'épargne aucune production.

La conjoncture défavorable, subie par l'ensemble des filières agricoles, pénalise les résultats des jeunes agriculteurs en 2009-2010. En production laitière, après avoir connu une conjoncture favorable en 2008, le prix du lait a plongé dès l'entame de la campagne 2009/2010. Dans la même période, l'augmentation du prix des intrants a fortement pesé sur le coût de production.

En production porcine, malgré de bonnes performances techniques, le revenu reste faible en raison d'une nouvelle baisse de prix du kg de carcasse. En production avicole, même si les résultats ne sont pas extraordinaires, la rentabilité s'est maintenue à son niveau de 2008.

Meilleurs résultats techniques

Conséquence : le résultat de gestion 2009-2010, obtenu par l'ensemble des jeunes agriculteurs de l'étude, est en nette dégradation de 54 % par rapport à celui de l'étude de 2008-2009.

A noter qu'ils obtiennent de meilleurs résultats techniques sur leur exploitation que la moyenne de l'ensemble des producteurs. La contribution des Droits à paiement unique (DPU) dans le résultat est très importante. Elle est cependant très variable d'une production à l'autre. Cette année, avec une conjoncture défavorable, seuls les producteurs de volailles ont un revenu de gestion positif sans les DPU.

Une situation financière difficile

L'EBE moyen s'élève à 70.973 € : il ne couvre pas les remboursements d'emprunts et les prélèvements privés. L'autofinancement disponible est négatif, ce qui oblige le recours systématique à l'emprunt pour tout nouvel investissement. Dans un contexte de nette augmentation des montants d'annuités des emprunts, ce déficit en trésorerie dégrade le fonds de roulement et fragilise la structure financière des exploitations des JA. De plus, le taux d'endettement moyen passe de 52 à 59 %.

Cependant, il existe de grosses disparités entre exploitations. Il est vrai, les jeunes agriculteurs sont confrontés aujourd'hui à des coûts de reprise d'exploitation de plus en plus élevés et à une progression des moyens nécessaires au fonctionnement de l'entreprise agricole. Les JA subissent la dégradation de conjoncture de manière encore plus forte que leurs aînés, lié en particulier au poids des annuités bancaires.

Plus de diversification et de bio

Les projets d'installations sont de plus en plus liés à des activités de diversification (transformation, vente directe…). Par ailleurs, il y a dix fois plus d'installations en agriculture biologique qu'en 2005 ! Ces nouvelles tendances sont le reflet du marché d'aujourd'hui et une réponse aux différentes crises que traverse l'agriculture. La diversification et l'agriculture bio permettent aux jeunes agriculteurs d'améliorer leurs prix de vente. Il faut aussi noter que 33 % des JA ne sont pas d'origine agricole.

Profil moyen de l'étude JA Cogedis Fideor

Échantillon de 650 exploitations
Production laitière : 84 % (41 % spécialisé en lait + 43 % producteurs mixte)
Viande bovine : 6 %
Production porcine : 5 %
Production de volailles : 5 %
Age moyen : 28 ans
SAU : 82 ha
2,07 UTH dont 1,90 familiales
74 % sous forme sociétaire

Premier bilan positif du PPP

2009 a vu la mise en place du Plan de professionnalisation personnalisé (PPP). Le premier bilan de cet accompagnement semble positif. Ce nouveau dispositif permet aux futurs installés d'avoir un double regard sur leur projet grâce aux entretiens avec les conseillers. Cependant cela nécessite d'avoir un projet précis. Pour personnaliser le parcours à l'installation le nombre de modules de formation a été augmenté.

Source COGEDIS FIDEOR

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires