Menu
PleinchampTV Lettre d'info

Conférence SPACE : : Quand les marchés perdent la tête

Anne-Lucie Menier

Volatilité des prix, réforme de la Pac, contractualisation : la rentrée agricole s'annonce chargée. Anne-Lucie Menier, responsable veille et études CER FRANCE Morbihan, nous livre sa vision sur ces sujets qui vont conditionner l'avenir des exploitations.

Pourquoi les prix agricoles jouent-ils au yo-yo ?

Anne-Lucie Menier : «Les prix ont toujours fluctué. Ces dernières années, c'est plutôt l'amplitude de ces variations, à la hausse comme à la baisse, qui a déstabilisé l'économie agricole. L'arrivée des spéculateurs sur le marché des matières premières n'a rien arrangé. En ce qui concerne les causes, la demande en biens alimentaires est fortement soutenue par les pays émergents, Chine et Inde en tête. L'offre, quant à elle, ne parviendrait pas à soutenir le même rythme de croissance. Ce déséquilibre est source de volatilité, tout comme le sont les aléas climatiques et les incidents sanitaires.»

La réforme de la Pac, qui se prépare en coulisses, peut-elle ramener les marchés à la raison ?

«Je ne le pense pas puisque les instruments de gestion de marché semblent voués à disparaître. Les restitutions, les droits de douane, le stockage public, le financement du stockage privé ou encore les systèmes de quotas sont de moins en moins mis en oeuvre dans un contexte de mondialisation et de libéralisation des échanges. Les pouvoirs publics se désengagent progressivement de la gestion des marchés. La Pac qui s'annonce pour 2013 n'inversera pas cette tendance.»

Les agriculteurs sont donc appelés à travailler sans filet, ni mécanisme de régulation ?

«Oui et non. La contractualisation doit, selon le ministère de l'Agriculture, ‘permettre au producteur d'avoir une meilleure visibilité sur ses débouchés en termes de volumes et de prix, et, à l'acheteur, sur ses approvisionnements et leurs coûts.' La Loi de modernisation Agricole affiche d'ailleurs l'ambition de faire, du dispositif contractuel, un outil de stabilisation des marchés. Qu'en sera-t-il réellement ? La proposition de la France sera-t-elle suivie au sein de l'Union européenne ? À ce stade, les agriculteurs français sont encore perplexes. Ils doivent se positionner entre des contrats coopératifs, privés, d'intégration, inter-filières qui ne sont pas toujours très clairs. Des arbitrages seront sans doute nécessaires dans les semaines à venir pour avancer sur ce sujet.»

Que conseillez-vous aux exploitants agricoles dans l'immédiat ?

«De se prémunir sans plus attendre contre les aléas des marchés, en réfléchissant à une stratégie pour être plus compétitifs, mieux valoriser leurs productions et limiter les risques. Les marchés évoluent, les exploitations aussi.»

L'avenir se débat au Space

Les CER FRANCE du Grand Ouest organisent une conférence débat, le jeudi 15 septembre, à partir de 14h30, à l'Espace Région Bretagne du Space (Rennes). Il réunira des experts et des agriculteurs qui apporteront leurs réponses à la question suivante : «Pac 2013, contractualisation, conjoncture fluctuante : quelles stratégies pour mon exploitation ?» Un rendez-vous à ne pas manquer pour entrevoir les contours de l'avenir.

 

Source CER FRANCE Bretagne

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires