Fiscalité : Choisir l'assiette annuelle - Avant le 30 novembre

COGEDIS

En cas de baisse de revenu, il peut être intéressant d'opter pour le calcul de l'assiette sur n-1. Cette option annuelle, qui engage pour 5 ans, doit être déposée avant le 30 novembre 2009.

L'assiette des cotisations et des contributions des exploitants agricoles (cf. encadré) est constituée de la moyenne triennale des revenus de n-1, n-2 et n-3. En 2010, la MSA et la CSG seront donc appelées sur la moyenne des revenus de 2007, 2008 et 2009. L'avantage de ce dispositif est de lisser l'assiette et donc de faciliter la gestion de la trésorerie. En revanche, en cas de dégradation de la conjoncture, ce système peut s'avérer pénalisant. L'agriculteur peut alors choisir l'option annuelle, c'est-à-dire le calcul de l'assiette sur les seuls revenus de l'année n-1.

Une simulation indispensable

Avant le 30 novembre 2009, les agriculteurs relevant du régime triennal peuvent demander à ce que leurs cotisations sociales soient calculées pour 2010 à 2014 sur la base du seul revenu de l'année n-1. Au bout de 5 ans, il est possible de dénoncer l'option annuelle MSA n-1 avant le 30 novembre de la dernière année. A défaut, la reconduction est tacite, ce qui signifie que l'on en reprend pour 5 ans. Avant de s'engager pour cette durée, il est conseillé d'avoir une approche prévisionnelle du revenu pour comparer les prélèvements en moyenne triennale et en option annuelle. L'accent sera mis sur l'évolution des amortissements des bâtiments, matériels et installations, ainsi que des frais financiers sur emprunts... L'objectif est non seulement de dégager la tendance mais aussi de déterminer si au cours de la période quinquennale à venir, on risque de dégager un déficit. En effet, dans le cas d'un résultat négatif ou faible, l'agriculteur paie la cotisation minimum mais le déficit ne sera pas imputé sur les revenus à venir (à la différence de ce qui se pratique en matière d'impôts sur le revenu). Pour les productions qui subissent une conjoncture tendue, cette option peut s'avérer intéressante, car elle permet de soulager la trésorerie de l'an prochain et contribue ainsi à l'amélioration du point d'équilibre financier.
Pour les producteurs de lait, le revenu de l'année 2009 varie fortement selon que la date de clôture se situe en début ou en fin d'année. Il est fondamental de prendre cet élément en compte avant de s'engager car l'opportunité d'une option MSA n-1 est fortement influencée par le gain réalisé l'année d'entrée dans le système.

Renoncer à l'option annuelle

Si l'option annuelle a été déposée pour prendre effet en 2005, il est possible de renoncer à ce dispositif en déposant un formulaire auprès de la MSA avant le 30 novembre 2009. Cette renonciation qui sera effective en 2010, est avantageuse si les revenus de l'exploitation sont à la hausse ou si une variation importante des revenus est prévue dans les 5 années à venir (la moyenne triennale permettra de lisser cette variation). Si l'exploitant renonce à l'option annuelle, ses cotisations seront obligatoirement calculées sur une assiette triennale pendant 6 ans. Au terme de ces 6 années, il lui sera à nouveau possible de déposer une option annuelle.

 

Prélèvements sociaux sur les revenus professionnels agricoles

Il existe deux types de prélèvements sociaux sur les revenus professionnels agricoles. D'une part, les cotisations maladie et vieillesse qui garantissent la couverture sociale et permettent de constituer la retraite. A cela s'ajoutent les cotisations familiales. D'autre part, les contributions sociales CSG et CRDS s'appliquent aux revenus agricoles au même titre que toutes les autres catégories de revenu. Cotisations et contributions : l'assiette est désormais commune.

 

Source COGEDIS

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires