Menu
PleinchampTV Lettre d'info

Plan épargne retraite : un placement à redécouvrir

Véronique NEDELEC, conseillère patrimoine

Durant la vie active, le PERP est alimenté par des versements libres ou programmés. Il permet, à l’âge de la retraite, de bénéficier d’une rente reversible au conjoint ou aux enfants mineurs. © Héliosphile – Fotolia.com

De nombreux outils permettent de compenser la diminution de ses ressources à la retraite. Parmi eux, le Plan d’Epargne Retraite Populaire (PERP).

Avec l’estimation de vos droits à la retraite, vous avez peu de chance d’avoir une bonne surprise ! Vous risquez plutôt de découvrir un trou qu’il faudra combler… Préparer votre épargne en amont semble donc inévitable. Pour que cet effort de capitalisation ne soit pas vain, il est souhaitable d’optimiser à la fois, les enveloppes fiscales pour la retraite, et la gestion financière. Le PERP est un des outils, qui marié avec d’autres, peut s’avérer intéressant pour atteindre cet objectif.

Accessible à tous 
Le Plan d’Epargne Retraite populaire (PERP) est un produit d’épargne à long terme, comme un contrat d’assurance vie, qui permet d’obtenir, à partir de l’âge de la retraite, un revenu régulier supplémentaire. Le souscripteur reçoit une rente viagère jusqu'à son décès, voire jusqu'à celui de son conjoint, si l’option de réversion a été retenue.
Depuis la réforme des retraites de 2010, il est possible de dénouer son plan, à la fois par le versement d’une rente et d’un capital. En effet, le PERP peut prévoir une sortie en capital dans la limite de 20 % de la valeur de rachat du contrat, sans condition à respecter.

Lorsque le montant de la rente mensuelle est inférieur à 40 €, les fonds peuvent être reversés sous la forme d’un versement unique.

Versements libres ou programmés
Durant la vie active, le plan est alimenté par des versements libres ou programmés, sans conditions de montants ni de régularité, et il n’y a aucune durée minimale d’épargne.
Le Plan ne peut pas être clôturé avant l’âge de la retraite, sauf situation exceptionnelle, telle que l’invalidité, le décès du conjoint ou partenaire pacsé, l’expiration des droits aux allocations chômage, le surendettement, la liquidation judiciaire. Il ne peut faire l’objet de rachats partiels, et toute avance est exclue.
En cas de décès du bénéficiaire, avant ou après la liquidation des droits à la retraite, la rente acquise peut être reversée sous forme de rente viagère au conjoint survivant, ou à tout autre bénéficiaire désigné dans le plan, ou sous forme de rente éducation pour les enfants mineurs.

Déductible des revenus
Le gros avantage du PERP réside dans sa fiscalité à l’entrée. Les sommes versées sont déductibles des revenus imposables, dans la limite de 10 % des revenus nets de l’année précédente. Le gain fiscal est proportionnel au taux d’imposition.
Pour les versements effectués en 2015, le plafond est égal au plus élevé des deux montants suivants :
- 10% des revenus professionnels de 2014, nets de cotisations sociales et de frais professionnels (dans la limite de 8 PASS), avec une déduction maximale de 30038 €.
-  ou 3755 € (10% du PASS annuel de 2014.)
Par exemple, un couple imposé dans la tranche à 30 %, dont le revenu net global est de 55000 €, pourra déduire de son revenu imposable jusqu'à 5500 €, soit une économie d’impôt de 1650 €, et son effort réel d’épargne sera donc limité à 3850 €.

Avec contrepartie
Au dénouement du plan, les rentes sont imposables à l’impôt sur le revenu dans la catégorie des pensions et retraites, après l’application de l’abattement spécifique de 10 %.
Lorsque la sortie a lieu en capital, il est imposable comme une pension ou peut être soumis à un prélèvement libératoire de 7,5 %.
Que la sortie se fasse par rente ou en capital, les sommes perçues sont taxables aux prélèvements sociaux, à hauteur de 7,4 % (taux inférieur, voir nul, en fonction de l’imposition.) Pour être gagnant, il faut que la tranche d’imposition lors de la retraite soit inférieure à celle subie pendant la vie active.

Un large choix de fonds
Comme un contrat d’assurance vie, le PERP permet de développer une gestion financière adaptée. Il ouvre en effet accès à différents supports d’investissements : fonds en euros garantis, fonds diversifiés, obligations ou actions, et même parfois des supports immobiliers comme les SCPI et OPCI. La gestion peut être pilotée ou libre.

Avant de souscrire unPERP, mieux vaut vérifier plusieurs paramètres. Le niveau des frais, souvent élevé, est l’un des premiers critères à prendre en compte. Le plan retenu doit proposer un choix de fonds suffisants et d’assez bonne qualité pour piloter l’épargne sur une longue durée. Il faut également s’assurer des options de rente proposées à la sortie, telles que les réversions ou les rentes à annuités garanties. Elles permettent de sécuriser l’opération en évitant de perdre toute l’épargne constituée, en cas de disparition précoce.
Ainsi, avecsa rente viagère, le PERP permet d’assurer un revenu à vie, quelle que soit votre longévité. Mais, il présente l’inconvénient d’aliéner le capital.
Avec une sortie en capital, il est possible de garder en permanence la libre disposition des fonds, mais avec le risque de les consommer entièrement et de tarir la ressource (la longévité étant souvent sous estimée.).
Marier sortie en rente sur certains produits, et en capital sur d’autres, permet d’assurer des ressources pour un allongement de la vie, mais également de se prémunir contre une disparation prématurée. C’est la certitude d’avoir au moins une solution favorable.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires