Une cagnotte pour financer vos projets

CER FRANCE, Gérer pour Gagner

Son effet de levier fi nancier fait de la holding un outil intéressant pour développer votre entreprise, tout en protégeant votre patrimoine. Démonstration par un cas pratique.

C'est l'histoire d'Adrien Clément, un exploitant agricole qui a créé, il y a 10 ans, une société de commercialisation des produits de sa ferme (charcuterie, légumes secs, huile, etc.) sous la forme d'une SARL dénommée Belagri. Cette entreprise prospère depuis 10 ans, et a accumulé des réserves de 250.000 €. Son régime fiscal est l'impôt sur les sociétés. L'explosion de la demande, ainsi que les évolutions technologiques incessantes, amènent l'exploitant à envisager de créer un nouvel atelier de transformation, ainsi qu'un magasin de vente. L'investissement prévu est conséquent, 350 000 €. M. Clément désire utiliser les réserves disponibles dans sa société de commercialisation Belagri pour financer le projet.

Il s'interroge sur la meilleure enveloppe juridique pour développer sa nouvelle activité, tout en protégeant l'entreprise et le patrimoine qu'il a déjà bâtis. Il veut aussi optimiser le financement de son projet, en minimisant l'impact des prélèvements fiscaux et sociaux. Il soulève ainsi deux problématiques essentielles.

• Est-il opportun de confondre les deux activités dans une seule société? N'est-il pas préférable d'isoler le patrimoine immobilier dans une structure séparée, afin de mieux se protéger ? La réponse est évidemment la séparation.

• Comment sortir les 250 000 € de l'actuelle SARL sans subir un poids fiscal trop lourd ?

Scénario gagnant

Avec son conseiller, il étudie les trois solutions possibles.

1. Retirer la somme personnellement et l'investir dans l'immobilier de la nouvelle entreprise. Il supportera alors la fiscalité applicable aux dividendes. Si bien que sur les 250 000 € sortis de la société de commercialisation, seuls 165 000 € seraient réinjectables dans l'investissement immobilier.

2. La SARL Belagri devient une holding et investit dans le financement de la société immobilière avec, du coup, une perte d'autonomie de la fille en cas de difficulté rencontrée par la mère.

3. Créer une société holding qui détient les parts dans la société de commercialisation en utilisant le régime “mère/fille” ; il fait “remonter” les disponibilités de la SARL Belagri sous forme de dividendes, largement exonérés de charges fiscales et la holding réinvestit cette somme dans la société immobilière (voir schéma).

Cette troisième solution se détache évidemment des deux autres. Non seulement elle assure l'autonomie parfaite des deux entités, mais en plus, elle est beaucoup plus avantageuse fiscalement ; sur les 250 000 € sortis de la SARL, pratiquement 248 000 € seraient disponibles pour l'investissement immobilier. Une économie de 80 000 €, qui augmente d'autant l'efficacité du financement du projet.

C'est l'effet levier de la holding. Nous comprenons bien l'intérêt de réfléchir à cette organisation patrimoniale, bien en amont des développements d'activités autonomes

Source CER FRANCE, Gérer pour Gagner

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires