Baisse de la maladie d’Alzheimer dans la population agricole

S C

Baisse de la maladie d’Alzheimer dans la population agricole
61% personnes âgées issues du milieu rural et agricole sont satisfaites de leur vie (DR)

Les derniers résultats de l’étude AMI, un programme de recherche sur le vieillissement et la dépendance en milieu rural et agricole, font apparaitre une baisse de 38% en 20 ans de la maladie d’Alzheimer dans la population agricole mais une progression de la dépression.

18% des personnes âgées de plus de 75 ans sont atteints aujourd’hui, en France, de maladies liées à l’âge telles que la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées. Tous les ans, 225.000 nouveaux cas sont recensés et la population agricole n’est pas épargnée. Le pourcentage de malades atteints serait même supérieur de 7% chez les personnes âgées issues du milieu rural et agricole.

Avec l’allongement de l’espérance de vie, on pouvait donc craindre une explosion de ces maladies. Pourtant, plusieurs travaux récents suggèrent une baisse du nombre de personnes atteintes mais aussi une diminution de l’incidence des démences. Les derniers résultats de l’étude AMI*, qui suit plus de 1.000 personnes depuis 2007, montrent que cette tendance est également observée chez des populations rurales et agricoles.

En effet, des chercheurs ont étudiée l’évolution en 20 ans des démences en comparant deux échantillons d’agriculteurs suivis dans le cadre de deux groupes épidémiologiques : Paquid, étude démarrée en 1988 et AMI en 2007. « Ces travaux confirment une baisse très significative de la prévalence des déficits cognitifs de 38 % en 20 ans », a expliqué Karine Pérès, chargée de recherche Inserm à Bordeaux, à l’occasion d’une conférence de presse. Parmi les facteurs pouvant expliquer cette baisse, la scientifique cite l’augmentation du niveau d’études, l’amélioration de l’état de santé globale et une amélioration des conditions de vie.

Leur vue s’améliore ...

Autre point positif : les résultats de l’étude AMI montrent une baisse des déficiences visuelles entre les différents suivis effectués depuis 2007. Malgré l’avancée en âge, la prévalence des déficiences visuelles passe de 31.8% à 24.0%.

Une amélioration importante puisque les sujets présentant des déficits visuels modérés à sévères ont 2 fois plus de risques de devenir dépendants, c’est-à-dire incapables de gérer les activités de la vie quotidienne (comme faire ses courses ou préparer ses repas).

Les chercheurs ont également comparé l'état nutritionnel des sujets âgés vivant à domicile en milieu urbain à ceux vivant en milieu rural. Résultat : seulement 7,4 % des ruraux étaient en état de malnutrition contre 18,5 % des urbains. Malgré les problèmes d’accessibilité aux commerces, les personnes habitants en milieu rural auraient donc moins de problèmes nutritionnels du fait de l’autoproduction (potagers) mais aussi de l’entraide, plus forte en milieu rural.

44% des personnes âgées vivant à la campagne affirment en effet recevoir la visite d’un proche chaque jour et 90% une fois par semaine. Des chiffres beaucoup plus élevés qu’en ville.

... leur moral baisse

Malgré cela, on note une aggravation de la dépression chez ces derniers. En 4 ans, le nombre de personnes âgées rurales présentant des symptômes dépressifs passe en effet de 5 à 13%. Globalement, cette population se considère toutefois à plus de 61% comme satisfaite ou très satisfaite de la vie. Un chiffre très élevé comparé à celui de la population âgée urbaine. 

*Lancée en 2007 auprès de retraités agricoles, l’étude épidémiologique AMI (Initiée par AGRICA en association avec la MSA et l’IFR de Santé Publique), est un programme unique de recherche mené sur le vieillissement et la dépendance en milieu rural et agricole. L’échantillon initial de la cohorte incluait initialement 1.002 retraités agricoles âgés de 65 ans et plus vivant en milieu rural en Gironde. 

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires