Hypertension artérielle

Christophe AVRANCHE

Hypertension artérielle

L’hypertension artérielle peut être à l’origine de graves ennuis de santé à venir. Pour faire baisser sa tension, un changement d’habitudes alimentaires s’impose, ainsi que l’adoption de nouvelles règles d’hygiène de vie. Des médicaments peuvent également être prescrits.

Une maladie silencieuse

L’hypertension artérielle (HTA) est une maladie chronique pouvant entraîner des complications graves (infarctus, attaque cérébrale…) si elle n’est pas diagnostiquée et soignée à temps. En effet, lorsque la tension est trop élevée, les artères vieillissent plus vite et le cœur, davantage sollicité, se fatigue.C’est l’une des maladies les plus fréquentes et les plus préoccupantes des pays occidentaux, où elle représente un problème de santé publique. Une alimentation trop chargée et une vie sédentaire sont des facteurs favorisants. L’HTA est fréquente chez les obèses et les diabétiques. On estime qu’elle est responsable de 20 à 25 % des décès d’origine cardiovasculaire en France.Hormis des maux de tête, des troubles visuels, des étourdissements ou une gêne respiratoire, elle est le plus souvent silencieuse et sans symptômes. Pour savoir si on a de la tension, il faut la mesurer au cours d’une visite médicale.

Le diagnostic

On détecte l’HTA par le contrôle de la tension artérielle, c’est-à-dire la mesure de la pression du flux sanguin contre les parois des artères. On parle d’HTA quand la pression artérielle enregistrée à plusieurs reprises, au cabinet médical, ne descend pas au-dessous de 140/90 mm Hg. Dans certains cas, le médecin peut prescrire une mesure ambulatoire de la pression artérielle (mapa), qui permet d’enregistrer la tension à intervalles réguliers sur 24 heures.

Il est recommandé de vérifier sa tension artérielle une fois par an à partir de 40 ans en l’absence de facteurs de risque et plus fréquemment si la personne présente un ou plusieurs facteurs de risque ou une hérédité familiale.

Les causes

Dans la plupart des cas (90 %), l’HTA n’est pas imputable à une origine précise. Une alimentation mal équilibrée (excès de sel, de graisses animales, de café), le tabac, le surpoids, le diabète, la sédentarité et le manque d’effort physique peuvent contribuer à l’augmenter. Dans 10 % des cas, elle peut témoigner d’une maladie sous-jacente. C’est le cas notamment de l’apnée du sommeil qui se traduit, chez le ronfleur, par de fréquentes pauses respiratoires pendant le sommeil.

Les complications

Une hypertension non soignée peut entraîner des complications vasculaires se traduisant par des atteintes cardiaques (insuffisance cardiaque, insuffisance coronaire ou infarctus du myocarde), neurologiques (accident vasculaire cérébral) et rénales (insuffisance rénale).

Le traitement

En cas d’HTA légère ou moyenne, il est recommandé de changer ses habitudes alimentaires (diminuer le sel, manger davantage de légumes et de fruits, réduire les graisses animales, limiter le thé, le café, et l’alcool) et d’adopter de nouvelles règles d’hygiène de vie (arrêter de fumer, perdre du poids, pratiquer une activité physique régulière d’au moins 30 minutes par jour, mener une vie calme, pratiquer la relaxation, dormir suffisamment et respecter ses heures de sommeil).

Ces recommandations peu contraignantes sont efficaces pour faire baisser la pression artérielle. Si cela ne suffit pas, il faudra suivre, en plus, un traitement médicamenteux. Adapté à chaque patient, il comporte un, ou si c’est nécessaire, plusieurs médicaments antihypertenseurs. Il vise à assurer une bonne protection du cœur, des vaisseaux, du cerveau et des reins. Il doit être poursuivi, même si la tension est revenue à la normale.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires