Livre : Yves Garric dresse le portait de Maurice Bourdoncle

Le dernier livre d'Yves Garric dresse le portait de « paysans qui ont dit non ». Tous sont aveyronnais et aujourd'hui à l'âge de la retraite ...et du bilan. Parmi eux -et pour une fois !- un « paysan sans terre », un salarié agricole, Maurice Bourdoncle, qui outre de nombreuses responsabilités syndicales est aussi le fondateur de l'ASAVPA de l'Aveyron.

Au milieu de divers parcours d'agriculteurs, pour la plupart hors des chemins battus, Yves Garric raconte le parcours d'un salarié agricole de l'Aveyron, Maurice Bourdoncle, à l'origine de la mise en place de la convention collective puis de la création de l'ASAVPA.

Sur une quarantaine de pages, qui se lisent d'un seul souffle, nous est relatée son histoire depuis son enfance, dans la région de Capdenac à la renaissance en aveyron dans les années 60 du « Syndicat des travailleurs de la terre - CFTC » devenu en 1965 la CFDT jusqu'à la création, depuis sa formation de vacher-porcher spécialisée à Canapeville en Normandie(le centre de Bernussou n'existait pas encore...) à la création de l'ASAVPA en 1964...

Cette ASAVPA, chère à son coeur, « un outil d'éveil et de éveloppement », il en deviendra animateur de 1965 à 1977, ayant en charge également celle de l'ASAVPA du Tarn, créée au même moment. Avant de redevenir salarié agricole à Onet le Château et membre actif de l'ASAVPA.

Maurice Bourdoncle, fondateur de l'ASAVPA de l'Aveyron

Maurice Bourdoncle, fondateur de l'ASAVPA de l'Aveyron

Marcel Bruel, Edgar Faure, Edgar Pisani

Sont évoqués dans ce récit des collègues salariés, au côté de lui dans ces combats : René Atcher, Henri Foucras, Louis Geniez, André Lacan, Raymond Rouquette ou encore Marius Viales. Sont évoqués aussi des personnalités aveyronaises sans qui l'ASAVPA n'aurait pas existé, notamment Marcel Bruel. Sont évoqués aussi des personnalités rencontéess sur son parcours telles que les ministres Edgar Faure et Edgar Pisani ou encore André Laur.

Est évoqué aussi le bulletin des salariés agricoles « Ouvrier Agricole et Progrès », dont il a signé plus d'un édito et par lesquels il encourage, dès 1965, les salariés à se former tout au long de la vie.

Est évoqué son combat syndical pour la représentation des salariés agricoles, à la Chambre d'Agriculture comme à la MSA, pour la convention collective, la mise en place d'une grile de salaires, de la retraite complémentaire, du financement de la formation professionnelle, de l'assurance accident du travail, tous secteurs dans lesquels l'agriculture de l'après-guerre était très en retard sur les autres secteurs de la société.

« Ne pas subir - conclut-il- c'est le principe qui m'a guidé ma vie. Voila pourquoi je me suis autant employé à faire entendre la voix des salariés d'exploitation agricole dans toutes les instances où il fallait rappeller leur existence ».

La situation d'aujourd'hui a bien changé. Il est néanmoins intéressant de avoir d'où l'on vient et comment sont nés les droits qui paraissent aujourd'hui un acquis presque évident pour les plus jeunes. Et comment ils peuvent encore évoluer...

« Ces paysans qui ont dit non » - Editions Loubatières - 23 €

Voir aussi :
www.midipy-asavpa.fr

Source ASAVPA 12

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires