MSA : Santé : Vous avez dit allergie ?

Service communication

Le nez qui coule, les yeux rouges et larmoyants, des difficultés à respirer, des rougeurs et des démangeaisons au niveau de la peau ? Ces manifestations sont évocatrices d'une pathologie fréquente qui concerne 17% de la population française : l'allergie.

Les allergies sont très variées : elles peuvent concerner différents organes, provoquer des symptômes de plusieurs types et être déclenchées par de nombreux allergènes.

L'allergie, qu'est-ce que c'est ?

L'allergie est une réaction de défense à la fois normale dans son essence, et anormale car excessive. C'est une réaction explosive de conflit. Les manifestations allergiques sont des réactions de défense immunitaire spécifiques contre un ou plusieurs allergènes (pollens, acariens, produits alimentaires, arbres, moisissures…). Elles se déclarent chez un individu génétiquement déterminé (terrain prédisposé), dans un environnement particulièrement propice.

Y a-t-il des causes aux phénomènes allergiques?

Différents facteurs ont été mis en cause dans la survenue des manifestations allergiques :
- la prédisposition familiale, appelée aussi terrain « atopique » détermine le risque de manifestation allergique chez l'enfant : ainsi, le facteur héréditaire entre pour une large part dans la transmission de l'allergie. Un enfant a 35 % de risque d'être allergique si l'un de ses parents l'est. Ce risque s'élève à 75 % si les deux parents le sont.
-les modifications de l'environnement, de l'habitat et du mode de vie (nous voyageons de plus en plus, nous mangeons des aliments « exotiques » ou du moins inhabituels, nous plantons dans nos jardins des plantes venues d'autres régions), l'augmentation du nombre d'animaux domestiques, ont favorisé une croissance importante du risque de contact avec des substances nouvelles, parfois allergisantes.

Pourquoi autant d'allergies ?

Les modifications de l'environnement, de l'habitat et du mode de vie, ont favorisé l'augmentation des maladies allergiques.

Les habitations
Les habitudes de vie dans les pays industrialisés ont été modifiées : une meilleure isolation des maisons ; l'introduction de la climatisation, l'utilisation excessive des chauffages, a favorisé le développement des acariens, ennemis publics numéros un des allergiques. Nous passons en moyenne 70 à 80 % de notre temps à l'intérieur de nos habitations ou nous côtoyons chaque jour des millions d'acariens.
La perte d'habitudes simples, comme par exemple aérer chaque jour, favorise le développement des acariens.

Les pollens
Le paysage de certaines régions de notre pays s'est considérablement modifié au cours de ces dernières années. Par exemple, dans le sud de la France, on a planté de nombreux cyprès. Chaque année, de plus en plus de pollens de cyprès sont libérés dans l'atmosphère. Ces quantités impressionnantes de pollens touchent ainsi de plus en plus d'allergiques.

Attention à l'utilisation des produits phytosanitaires
Les produits phytosanitaires tels que les herbicides ou les insecticides sont particulièrement toxiques et allergisants. Leur utilisation en milieu agricole doit être effectuée selon les conseils de l'Acta (Association de coordination de techniques agricoles). Le port d'équipements de protection appropriés (masque, gants, combinaison…) est indispensable.
Le jardinier du dimanche, grand utilisateur de phytosanitaires, doit se conformer aux directives indiquées sur le contenant du produit. Les effets sur la santé de l'utilisateur peuvent se révéler à plus ou moins long terme. Alors, soyez vigilants.

Les modifications des habitudes alimentaires
Les allergies alimentaires touchent aujourd'hui entre 3 et 10 % des français. En théorie tous les aliments sont susceptibles de provoquer une allergie. Dans les pays industrialisés, les aliments le plus souvent incriminés sont les oeufs (surtout le blanc), les arachides, le lait de vache, le soja, les noix, les poissons (la morue) et les crustacés.
Par ailleurs, les Français ont considérablement modifié leurs habitudes alimentaires. L'apparition de nouveaux produits, souvent exotiques, a fait surgir de nouveaux allergènes alimentaires.
D'autre part, de plus en plus de protéines nouvelles sont ajoutées aux aliments afin d'en rehausser le goût ou d'en modifier la couleur.

Que faire en cas d'allergie ?

Une fois l'allergie diagnostiquée, le meilleur moyen de ne pas provoquer une nouvelle crise est d'éviter le facteur responsable quelles que soient sa forme et sa présentation. Il faut par exemple, savoir lire les étiquettes, être prudent lors des repas à l'extérieur et, pour les cas extrêmes, apprendre à utiliser une trousse d'urgence. Par exemple, les allergies alimentaires à l'arachide sont en très nette augmentation. Il est nécessaire d'être vigilant car l'arachide se trouve sous forme masquée dans de nombreux aliments de consommation courante. Elle entre même dans la composition de certains médicaments. Les signes cliniques vont de la simple démangeaison au décès par choc anaphylactique.

Chez les nourrissons, il semble que l'allaitement maternel pendant au moins six mois diminue le risque. Une introduction progressive des aliments est ensuite souhaitable, en retardant celle du lait de vache, des oeufs, du boeuf, du poulet et du blé.

Source MSA Mayenne-Orne-Sarthe

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires