Menu
PleinchampTV Lettre d'info

MSA : Traitements phytosanitaires : Choisir la cabine de protection de son tracteur

Service communication

L'application de produits phytosanitaires sur les cultures expose à une contamination potentielle. Tout employeur est tenu son personnel de ce risque, collectivement et individuellement. cabine de protection sur son tracteur est un bon moyen d'y parvenir.

La cabine de protection est conçue sur le principe d'une enceinte close, alimentée par de l'air extérieur épuré par un dispositif de filtration. Elle protège l'utilisateur de toute contamination par des produits toxiques et lui assure un meilleur confort de travail. Avant l'achat, plusieurs critères sont à prendre en compte.

L'étanchéité et la pressurisation

Pour limiter l'introduction de polluants par des ouvertures non destinées à la ventilation, la cabine est étanche et pressurisée.
Les joints et les portes sont en bon état, les passages des commandes du tracteur et du pulvérisateur (pédales, cables, flexibles...) sont étanches. La surpression est au minimum de 20 Pascals ou 0,2 millibars.

Le dispositif de filtration

Pour répondre aux spécificités des produits de traitement, ce dispositif compte :
- un pré-filtre à grosses particules constitué de papier, laine de verre, mousse, placé en amont du dispositif d'épuration. Il protège des poussières et aérosols.
- un filtre anti-aérosols de très haute efficacité (type P3). La norme NF U 03-024-1 garantit ses performances.
- un filtre antigaz à charbon actif classe A, en aval du filtre anti-aérosols, pour compenser une éventuelle évaporation du produit retenu par ce filtre.

Entretien

Les filtres anti-poussières sont nettoyés régulièrement et remplacés selon les recommandations du fabricant.
La cartouche de charbon actif nécessite un entretien spécifique.
Deux options sont possibles : soit elle est retirée entre chaque traitement, soit elle reste en place.

- La première solution évite une saturation trop rapide du charbon en vapeur d'eau. Attention, les montages et démontages successifs peuvent dégrader les joints, favoriser les passages préférentiels de l'air et dégrader l'efficacité de la filtration.
La cartouche doit être conservée dans un emballage hermétique, en dehors des zones de stockage des produits phytosanitaires, selon les mêmes règles que les cartouches de masque respiratoire.
Il est préférable de retirer les deux éléments filtrants (aérosol et charbon actif) et de les remplacer par un élément de filtre à poussières uniquement dédié aux travaux sans produits phytosanitaires. Il faudra alors penser à les réinstaller dès le début de chaque traitement phytosanitaire, avant de commencer la préparation des bouillies.
En l'absence d'information plus précise du fabricant, renouveler la cartouche chaque année.

- La seconde option consiste à laisser la cartouche en place. Elle permet d'éviter les interventions sur le système de ventilation, sources de dégradation. Par contre, elle entraîne une saturation plus rapide du charbon en vapeur d'eau, donc un renouvellement plus fréquent de la cartouche.

La climatisation

Il est indispensable que le système de climatisation tempère l'enceinte de la cabine en quelques minutes et que l'écart de température entre extérieur et intérieur soit contrôlable. Eviter de diriger les courants
d'air froid vers le conducteur pour protéger sa santé.

La notice d'instruction

Elle est obligatoire et doit être rédigée en français. Outre les modalités d'installation et d'utilisation, elle doit comporter des informations sur :
- le type, la référence des filtres et leur durée de vie,
- les vérifications pour l'entretien et la périodicité des contrôles,
- la nature des familles de produits chimiques captés,
- le niveau d'efficacité des différents étages d'épuration de l'air (aérosols et gaz),
- les normes utilisées pour les essais d'efficacité,
- la date limite de mise en service (si stockage dans son emballage d'origine).

Pour plus de confort

La cabine est équipée d'essuie-glaces et de lave-glaces en état de fonctionnement, à l'avant comme à l'arrière, pour conserver la visibilité sur le travail malgré les embruns de pulvérisation. Elle offre une étanchéité au bruit conforme aux normes d'hygiène et de sécurité.

L'entretien de la cabine

Le maintien en bon état de la cabine et de ses composants est essentiel. Pour garantir un travail en sécurité :
- vérifier fréquemment l'état des joints des portes et des fenêtres. En cas de dégradation, les changer ou colmater avec du silicone.
- maintenir la climatisation en état de fonctionnement. Respecter les conseils du livret d'entretien concernant le nettoyage de l'évaporateur et du condensateur, le contrôle de la charge de liquide, le niveau d'huile dans le compresseur, le remplacement du filtre du déshydrateur. Confier ces opérations à un personnel averti et
équipé.
- après chaque traitement, procéder au nettoyage extérieur de la cabine en insistant bien sur les zones d'accès pour éviter les contaminations ultérieures.

Conseils de bonnes pratiques

L'introduction de produits dans la cabine est dangereuse pour le conducteur, d'autant plus si le recyclage de
l'air par le système de contamination est important.
- avant d'y entrer : se laver les mains, vérifier que vêtements et chaussures ne sont pas souillés,
- ne pas transporter de bidons de produits dans la cabine,
- éviter toute sortie inutile au cours du traitement. Si elle s'avère nécessaire :
- attendre que le produit se soit déposé,
- éviter de marcher sur une partie traitée,
- utiliser des gants jetables de préférence, pour les manipulations et réglages du matériel ou des produits.
Sinon, laver les gants après chaque utilisation,
- se laver les mains avant le retour en cabine.
- réviser, réparer, régler, entretenir le pulvérisateur et le tracteur pour éviter la panne et les problèmes de réglage ou d'utilisation aux champs.
- utiliser les équipements de protection individuelle pendant les opérations de préparation de la bouillie, de
remplissage du pulvérisateur et de nettoyage. Les ôter avant de s'installer en cabine, ne pas les entreposer à l'intérieur,
- aménager les postes de remplissage et de nettoyage du pulvérisateur,
- ne pas fumer, ni manger, ni boire pendant le traitement, se laver entièrement après…
- travailler dans les meilleures conditions météo possibles,
- en cas d'incident au cours du traitement, s'éloigner de la zone traitée avant d'intervenir,
- laver régulièrement le tracteur et le pulvérisateur, pour réduire les contacts avec les produits en dehors des périodes de traitement.

Source MSA Mayenne-Orne-Sarthe

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires