Organiser le travail, c'est capital : Trouver l'organisation qui vous va

Pierre Passemard, conseiller d'entreprise Conseil National CER France

Réaliser une démarche globale d'organisation de votre exploitation, c'est plonger au coeur de votre entreprise.À la clé, que des avantages ! Cas pratiques et conseils.

Savoir où l'on va

Cas pratique : un dirigeant souhaite se consacrer au développement commercial et à la direction de l'entreprise. Il embauche donc une assistante pour déléguer le suivi administratif et la relance clients de son domaine. Cet exemple le montre bien : la première étape, c'est de fixer le cap. Car le premier objectif de l'organisation de l'entreprise est de servir l'orientation stratégique décidée par le dirigeant.
Une fois le cap défi ni, il faut effectivement allouer les bonnes ressources au bon endroit. Cette analyse concerne autant les dirigeants que les “réalisants” (salariés, prestataires extérieurs…).

Ajuster au fur et à mesure

Cas pratique : un éleveur va passer le relais à ses deux fils. Cette transmission implique de définir une organisation permettant aux successeurs d'acquérir les compétences nécessaires à leur arrivée.
L'organisation d'une entreprise n'est pas figée, elle évolue au gré du développement de l'activité, du cycle de vie de l'exploitation. Certaines étapes peuvent la fragiliser : les habitudes de fonctionnement prises avec les uns changent avec la venue de nouveaux dirigeants ou salariés. Des modifications d'organisation, parfois profondes, sont alors nécessaires.

Travailler autrement

Cas pratique : deux exploitations distinctes décident de s'associer pour assurer leur production laitière, dans l'objectif principal d'améliorer la qualité de vie au travail, pour les exploitants comme pour les salariés. Définir son organisation du travail, c'est améliorer non seulement la qualité du travail en lui-même, mais aussi la qualité des emplois. C'est un facteur de motivation supplémentaire pour les dirigeants, les associés, les intervenants extérieurs.

La bonne combinaison

Cas pratique : comment faire face à une augmentation d'activité, à l'extrême spécialisation de production ou de métier, à la maîtrise de la distribution des produits, à la commercialisation sur des marchés de plus en plus concurrentiels ? Une société agricole de négoce passe par un commissionnaire international et un spécialiste du transport pour la commercialisation de ses produits à l'export... Suivant la nature, le volume, la périodicité de ses besoins, l'entreprise fera appel à des ressources propres ou extérieures : salariés, prestataires extérieurs, CUMA, groupement, association, entraide, fusion totale ou partielle… Là encore, il est important de définir les besoins de l'entreprise tant au niveau du volume de chaque activité présente et à venir, qu'au niveau de l'exigence en matière de qualité. L'évolution des techniques détermine également s'il est possible d'investir ou non sur une compétence donnée. Si cela va très vite, pourrez-vous vous adapter en permanence ?

Mieux recruter et fidéliser le personnel

Cas pratique : un éleveur de porcs souhaite mettre en place un système de tutorat pour intégrer un nouveau salarié. Cela l'amène à réfléchir à la répartition de la charge de travail entre ses salariés. Le travail mieux réparti, le nouveau salarié est mieux accompagné et donc mieux fidélisé au sein de l'entreprise qui l'accueille. Au moment de l'embauche, comme à chaque évolution, la définition du profil du poste est impérative. Cette définition prendra en compte la complémentarité possible entre les personnes travaillant dans et pour l'entreprise. Une attention particulière doit être apportée aux entretiens d'embauche. Mais après l'embauche tout n'est pas joué, loin s'en faut : il reste encore à accueillir le salarié, lui expliquer la répartition des rôles et l'évaluer régulièrement.

Sécurité, légalité : facilité

Cas pratique : comment bien tenir compte des conditions de travail en maraîchage biologique où le non emploi d'herbicide oblige à un désherbage manuel, ce qui peut entraîner des maux de dos ou des problèmes articulaires ? L'employeur met en place une gestion des risques et travaille sur le cahier des risques professionnels. Cette réflexion aboutit à une nouvelle conception des cultures, ce qui améliore l'attractivité du métier. S'organiser, c'est gagner en temps, en facilité. Si elle est doublée par une analyse des risques, cette démarche diminue aussi pénibilité et absentéisme. L'exploitation va alors faire coller les exigences légales à ses besoins réels et apporter des solutions pratiques. L'organisation des chantiers comme du quotidien facilite le travail pour l'ensemble des intervenants (employeurs, employés ou extérieurs).

Source Conseil National CER France

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires