Record de création de groupements

15 UNION DU CANTAL

La FDGEAR en assemblée générale le 19 décembre, sous la présidence de Jean-Marie Fabre.

L’année écoulée a connu un sursaut en termes d’emplois partagés en agriculture. 

Le besoin de main d’œuvre dans les fermes va croissant. Pour autant, rémunérer un salarié peut avoir un coût qu’une exploitation seule ne peut supporter. La solution ? Le groupement d’employeurs qui partage le temps et les frais liés à l’embauche d’un ouvrier agricole. Pour la seule année 2016, la Fédération départementale des groupements d’employeurs agricoles (FDGEAR) a enregistré sept nouvelles créations(1), comme l’a souligné son président Jean-Marie Fabre, lors de la dernière assemblée générale, le 19 décembre à Aurillac. Les chiffres de 2017 s’avèrent encore plus encourageants. Le prochain bilan devrait faire apparaître huit nouvelles créations, représentant autant d’emplois nouveaux à temps complet. Un record. Les motivations sont variées, depuis le départ d’un associé à la volonté de s’octroyer du temps libre.

Devenue incontournable

En 2018, la FDGEAR devient la structure référente pour le montage de dossiers de subventions auprès de la Région, quelle que soit la structure demandeuse (groupement, Cuma, service de remplacement, etc.). “Une légitimité qui traduit une belle reconnaissance du travail effectué à ce jour”, se félicite Jean-Marie Fabre. En outre, grâce à la FDGEAR, et en partenariat avec la FDSEA, les groupements d’employeurs bénéficient d’un accompagnement sécurisant et de tarifs préférentiels sur les prestations “paie” (19 €) et “rédaction du contrat de travail” (66 €).  Par ailleurs, la fédération des groupements d’employeurs a renouvelé son partenariat avec un cabinet comptable pour proposer un accompagnement dans la réalisation des obligations déclaratives aux impôts et récupérer ainsi le fameux CICE(2). Des prestations qui s’ajoutent à celles liées à la rédaction d’un avenant au contrat, du bilan annuel de chaque groupement, du calcul du coût journalier, etc. À la demande de deux structures locales, la FDGEAR a également mis en place une prestation de facturation pour “mise à disposition du salarié”.

Au service de l’emploi

En plus de son rôle de “facilitateur”, la FDGEAR assure aussi la promotion du salariat en agriculture, l’apprentissage agricole et la mixité sur les exploitations. Elle est d’ailleurs à l’initiative du guide départemental “Portrait de femmes dans les métiers de l’agriculture” (16 témoignages d’agricultrices ou de salariées) et partenaire de celui de “L’apprenti agricole dans le Cantal”(3). Parallèlement, la FDGEAR participe à l’ensemble des événementiels sur l’emploi dans le département (forums, job-dating...) et intervient à la demande si elle est sollicitée par un groupe d’agriculteurs, porteur de projet, un GVA ou auprès des organismes de formation ou autres prescripteurs d’emplois. Le président est confiant en l’avenir de la fédération des groupements. “Notre mission ne peut que s’amplifier, toujours à la fois au service des exploitants qui souhaitent s’engager que des salariés en agriculture.  Des formations et des métiers dont nous continueront d’assurer la promotion.”   

(1) À Chalinargues, Cassaniouze, Maurs, Polminhac, Coren, Chaudes-Aigues et Clavières.

(2) Crédit d’impôt compétitivité emploi.

(3) Guide auquel participent également la Direccte (État), les missions locales, Cap emploi, les lycées agricoles et la FDSEA du Cantal. 

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires