Aides : Les groupes sucriers grands bénéficiaires de la PAC

Les groupes sucriers ont figuré l'an dernier parmi les plus gros bénéficiaires de la Politique agricole commune (PAC) européenne, selon des listes rendues publiques samedi par la plupart des pays de l'UE.

En France, trois d'entre eux ont reçu entre octobre 2008 et octobre 2009 les montants les plus importants : Tereos avec 177,9 millions d'euros, Saint Louis Sucre avec 143,7 millions et Cristal Union avec 57,2 millions. Ils ont relégué au quatrième rang le volailler Doux (56,4 millions d'euros), en tête de liste l'année précédente.

Plusieurs autres groupes sucriers apparaissent dans le « top 30 » des bénéficiaires français, tels Eurosugar, Gardel, Sucrière de la Réunion ou Sucrerie de Bois Rouge, avec des montants compris entre 10 et 29 millions d'euros.

En Espagne, c'est également un sucrier, Azucarera Ebro, qui occupe la première place du classement, avec 119,4 millions d'euros. Et en Allemagne, le premier sucrier mondial Südzucker pointe en deuxième place avec 42,9 millions d'euros, derrière le groupe laitier Nordmilch (51,1 millions).

« Chaque année il y a des paiements spéciaux. Pour la période 2008-2009, le secteur sucrier à bénéficié d'aides à l'exportation et les chiffres vont montrer que quelques sociétés vont recevoir beaucoup », avait reconnu vendredi le porte-parole de la Commission européenne pour l'Agriculture, Roger Waite.

Les aides à l'exportation permettent aux exportateurs européens de rester compétitifs en compensant l'écart entre le prix, plus élevé, qu'ils pratiquent et celui, plus faible, des cours mondiaux. Pour la deuxième année consécutive, les pays de l'UE devaient publier avant le 30 avril minuit la liste complète des bénéficiaires de la PAC. L'objectif est d'alimenter le débat sur son avenir.

La France et la Grande-Bretagne (qui a repoussé la publication de sa liste après ses élections législatives) sont les deux principaux protagonistes de la guerre pour la réforme de la PAC. Les Britanniques veulent supprimer les subventions directes, les Français bataillent pour les maintenir. http://ec.europa.eu/agriculture/funding/

Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier