Azote, phosphore et potasse : Un contexte mondial complexe et tendu

Gilles Poidevin, directeur de l'Unifa

La formation des prix des engrais est variable selon l'élément fertilisant. Gilles Poidevin, directeur de l'Unifa, explique le contexte international pour les trois éléments.

L'azote est fabriqué à partir du gaz naturel dont le prix suit celui du pétrole. Le prix du baril est
passé de 20 à 140 dollars de 2005 à 2008. Sur la même période, le prix du gaz a été multiplié
par trois, soit de 4 à 12 dollars le BTU (british thermal unit). Le prix du gaz est plus élevé
d'octobre à mars car il suit les besoins en chauffage. Malheureusement, cela correspond aussi
aux besoins en azote. Mais les fabricants d'azote passent des contrats annuels avec leurs
fournisseurs de gaz afin de lisser le prix. Cette année, les choses sont plus complexes. Bien
que les prix soient déjà élevés, la tendance est haussière.

Gilles Poidevin, directeur de l'Unifa : « Les Marocains ont d'énormes réserves en Phosphore, mais ils ne veulent pas les exploiter trop vite. » (Unifa)

Gilles Poidevin, directeur de l'Unifa : « Les Marocains ont d'énormes réserves en Phosphore, mais ils ne veulent pas les exploiter trop vite. » (Unifa)

Le phosphore provient à 80 % du Maroc. Le prix de la matière première, en dollars, a été
multiplié par plus de cinq en un an, passant de 200 à plus de 1000 dollars la tonne. Les
tensions sont très élevées sur ce marché, avec une demande croissante de l'Amérique
latine car le soja en est gourmand. De plus, les Marocains ont d'énormes réserves, mais ils
ne veulent pas les exploiter trop vite, et jusqu'alors, le prix des phosphates était trop faible
pour engager de lourds investissements. Ces derniers sont en cours de réalisation, mais ils
sont financés par des acheteurs d'engrais qui sécurisent leurs approvisionnements à long
terme. Ils sont Indiens ou Brésiliens, mais pas Européens !

La potasse est facturée en euros car les approvisionnements sont européens (Allemagne
surtout, Espagne et Grande-Bretagne). Son prix a doublé en un an et va continuer
d'augmenter. La demande mondiale en potasse explose du fait de l'augmentation de la
démographie et de la production agricole qui l'accompagne, notamment en Asie,
bouleversant l'organisation du marché. Actuellement, le prix mondial de la potasse est
supérieur au prix intra-européen. Des usines exportent sur les pays tiers au lieu de servir
leur marché de proximité. Des problèmes de disponibilités se posent, bien que les usines
tournent à plein régime.

 

Source Réussir Céréales Grandes Cultures Septembre 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier