Belgique : les agriculteurs bio se mobilisent contre les pesticides des voisins

Belgique : les agriculteurs bio se mobilisent contre les pesticides des voisins

Les agriculteurs bio de Belgique ont demandé lundi une intervention des autorités pour empêcher leurs voisins non-bio d'épandre pesticides et herbicides sur leurs parcelles, un problème qui préoccupe plus largement le secteur bio européen.

"Nous avons décidé de tirer la sonnette d'alarme car le phénomène des dérives de pulvérisation cette année a pris des propositions très importantes", a affirmé une responsable de l'Union nationale des agrobiologistes belges (Unab), Valérie Op de beeck. "Il y a des cas où la pollution est accidentelle, d'autre où il s'agit de mauvaise volonté" de la part des agriculteurs conventionnels, "voire de pollution intentionelle quand les limites des parcelles sont dépassés de peur des mauvaises herbes" des voisins bio, une inquiétude "non-fondée" a-t-elle affirmé. 
Or, en cas de pollution par herbicides ou pesticides, "il est impossible à l'agriculteur de vendre sa production en bio et la part contaminée est déclassée", entrainant un manque à gagner, a souligné l'Unab dans un communiqué. Pire, si la zone touchée est trop importante, "la parcelle doit repasser par deux années de conversion" avant de retrouver le label bio. 

Un besoin de "sensibilisation" au problème

"A l'ère de l'agriculture de précision", l'Unab juge que de tels débordements ne sont plus acceptables, d'autant qu'actuellement, la charge des preuves et les démarches administratives pour se faire indemniser par les assurances "incombent à l'agriculteur lésé. Les producteurs bio demandent en conséquence la création d'un "cadre juridique" clair pour assurer l'évaluation des dégats et leur indemnisation, et "une campagne" pour informer les agriculteurs du statut des cultures voisines de leurs parcelles et les "sensibiliser" au problème. Le secteur préconise aussi "des mesures contraignantes", comme "l'implantation de haies mitoyennes entre parcelles bio et conventionnelles, ou l'obligation de laisser une zone tampon non pulvérisable le long des terres en agriculture biologique à l'instar des zones tampons le long des cours d'eau". En cas de récidive, les épandeurs débordants devraient quand à eux être sanctionnés, en vertu de la conditionnalité assortissant le versement des subventions agricoles en verte de la politique agricole commune de l'UE(PAC), selon l'Unab.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 12

scarlus

Tous cela n'est dû qu'a la technicité des agriculteurs qu'ils soient bio ou conventionnel... dans un troupeau il y a toujours des brebis galeuses!!

@skippy

tu as bien raison pour faire des etudes de marge entre autres avec un groupe sur un ceta pendant un stage , on voit des budgets desherbages colza a plus de 200 euros en tcs , c'est la 3eme année consecutive dans la plaine ou l'on voit dans du blé , de l'orge des champs degueu avec des populations de ray grass incroyables , des chardons a foison , des vulpins , des coquelicots , des colza pourri de gaillet
alors quand on voit la remarque mesquine de viceversa , le chardon c'est pas bien dangereux et pas difficile a controler en conventionnel , en tout cas ca n'a rien a voir avec les pollutions par produit perturbateur endocrinien teratogene mutagene qui empeche en plus les gens de vendre leur recolte
je prefere la facon de voir d'un des postes de la page precedente qui fait des concessions de bon sens en plantant des haies

skippy

D'ailleurs, on voit aussi pas mal de blés avec 100€/ha de programmes herbicides pourris de ray-grass et autres vulpins, certains champs bio sont plus propres mais eux la monoculture c'est pas leur trip! Y a plus qu'a aller voter syngenta aux prochaines élections chambre! OOps , c'est déja fait!

viceversa

et l'impact de l'invasion des chardons chez le voisin conventionnel? là on dit rien

éleveur bio

Je suis agriculteur bio en vaches allaitantes, et 10 hectares de céréales pour les animaux. Arrêtez de dire que les bio sont sales, qu'il y a plein de chardons dans les champs, c'est faux. On a pas plus de chardons que nos voisins conventionnel et même que nous connaissons le broyeur, l'émousseuse aussi! Pensez-vous raisonnable de desherber les prairies et mettre les vaches après, autant que mettre de l'engrais ou de desherber sous les fils de clôture avec les vaches.
Nous avons une broyeuse, un broyeur... nos champs sont très propre même certainement plus que nos voisins, alors arrêtez de focaliser sur les bio nous sommes plus aux moyen âges!!
Nous faisons 10 ha de céréales en rotation avec 20 ha de luzerne et nos cultures sont aussi propre avec des rendements assez correct aux alentours de 45-50 qtx ha. Nous passons 3 à 4 fois dans les céréales avec une herse étrille, semons assez épais et peu de problèmes d'adventices, mais je pense que cela est du aux rotations courte. Environ 3-4 année de céréales et ensuite 4-5 années de luzerne.
Donc réfléchissez a vos méthode de produire avant de parler.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier