Betteraves : Une récolte et des prix satisfaisants

SC

Betteraves : Une récolte et des prix satisfaisants

La récolte 2010 de betteraves est estimée à 31,3 millions de tonnes par la Confédération Générale des planteurs de Betteraves (CGB). Une récolte satisfaisante qui s'inscrit dans une conjoncture favorable avec des cours mondiaux à la hausse.

« Grâce à des coûts de production en baisse, le revenu des planteurs de betteraves en France devrait se maintenir en 2010-2011 » estime la Confédération générale des planteurs de betteraves à la veille de leur congrès annuel. Si ces derniers sont confrontés cette année à une diminution des rendements, ils bénéficient en effet de la baisse du prix des consommations intermédiaires (intrants, produits phyto...) et du carburant.

A 31,3 millions de tonnes, la récolte reste moindre que celle, record, de 2009 à 35 millions de tonnes. Les surfaces consacrées à la betterave ont légèrement augmenté en 2010, à 377.500 hectares. Les 26.000 planteurs français ont produit cette année 20,3 millions de tonnes de sucre (65% de la production de betteraves) et 3,5 millions de tonnes d'éthanol (11%) qui entre dans la composition de l'essence pour les voitures.

Des prix portés par une conjoncture favorable

En matière de prix, les producteurs ont bénéficié pour la première fois, en 2010, d'un supplément de prix sur la betterave du quota 2009 pour tenir compte d'un prix du marché intérieur du sucre supérieur au prix de référence règlementaire. Un supplément évalué, en moyenne, à environ 1€/t de betteraves du quota. Un supplément devrait également être versé pour les betteraves de la récolte 2010.

Que ce soit pour le supplément de prix de la betterave du quota ou pour la bonne valorisation des betteraves « hors quota sucre » à l'export, cette conjoncture favorable est liée à l'excellente tenue des cours mondiaux. La campagne sucrière 2010-2011 risque en effet d'être déficitaire sur le plan mondial, d'où une forte hausse des cours cet automne. Les hausses du blé ont également provoqué une nette revalorisation du prix la pulpe déshydratée.


«2015 ne doit pas être une nouvelle année de réforme»

Le règlement relatif au sucre après 2014 sera au coeur des thèmes du congrès des betteraviers, le 7 décembre 2010. La CGB demande la reconduction du règlement actuel jusqu'au moins en 2020. « 2015 ne doit pas être une nouvelle année de réforme », estime Eric Lainé, président de la CGB.

Mais l'objectif des planteurs est aussi de gagner en compétitivité pour devenir compétitif sur le marché mondial d'ici 2020. Les producteurs comptent pour cela sur les biotechnologies. Un programme de recherche sur le génome de la betterave va être mis en place avec l'Inra dans le cadre du grand emprunt national.

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier