Blé : Alger refusera toute livraison de blé d'origine "mixte"

Blé : Alger refusera toute livraison de blé d'origine "mixte"
la France aurait importé 27.000 tonnes de blé en provenance de Lituanie (DR)

Suite à l’achat pas la France de blés issus de l’Europe de l’Est et d’Angleterre pour palier à des problèmes de qualité boulangère des blés français, l'Algérie prévient qu’elle refusera toute livraison de blé d'origine "mixte".

Le port de Rouen a reçu la semaine écoulée un chargement de 27.000 tonnes de blé en provenance de Lituanie et un autre de 4.400 tonnes venu du Royaume-Uni, avait déclaré le 21 août à l'AFP un porte-parole du port, le premier pour l'exportation de céréales en Europe.

Selon Damien Vercambre, de la société de courtage Inter-Courtage, "il ne s'agit pas d'utiliser ce blé pour la consommation intérieure dans l'Hexagone, mais bien d'"améliorer la qualité des chargements vers les pays clients de la France", Algérie en tête, avec qui de nombreux contrats avaient déjà été passés en prévision de la récolte de cet été. L'Algérie est le premier acheteur de blé français

Mais l'office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) aurait  demandé à ses fournisseurs de respecter les clauses du cahier des charges qui impose une origine unique pour le blé. Dans une correspondance adressée il y a quelques jours à ses fournisseurs, "l'OAIC a en effet  précisé qu'il n'accepterait aucune livraison de blé issu de mélanges de différentes origines. Le cahier des charges est clair: les céréales doivent provenir du pays d'origine", selon la même source.

L’Algérie très stricte sur la qualité boulangère des blés

L'organisme algérien a particulièrement insisté sur le critère de qualité du blé, l'indice de Hagberg, qui mesure la qualité boulangère de cette céréale, et permet de déterminer s'il pourra être utilisé pour faire du pain.

Une partie de la récolte française de blé pour la meunerie a été gâchée cet été par une conjugaison d'intempéries qui ont dégradé la qualité des grains. Une dégradation de la qualité qui risque de compliquer les ventes de blé sur le marché international. Pour honorer leurs contrats, les exportateurs français doivent donc mélanger du blé de bonne qualité au blé plus médiocre livré par les agriculteurs.

L'Algérie importe en moyenne 5 millions de tonnes de blé français. Ses importations avaient explosé en 2011, affichant une progression de plus de 133% à 7,4 millions de tonnes, avant de baisser de près de 26% à 6,9 millions de tonnes en 2012, selon des chiffres officiels.

Les besoins de l'Algérie sont estimés à 80 millions de quintaux par an, faisant de ce pays l'un des plus gros importateurs de céréales.

 

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 4

bioniet

oui mr michel .. un blé bio peut etre plein d'ergot et de don...
le fameux mal des ardents a peut etre déjà frappé....

michel

il faut choisir bio ou arrosé de pesticide

acid

le blé etranger est bien meilleur en qualité et moiins cher que la retention que tu fais de blé en ferme.
en france certains croient toujours qu'ils sont les meileurs du monde , et tous les ans le marché du blé nous rappel que le blé francais n'est pas extraordinaire, certains pretentieux se croient la nation numero 1 , il est temps de regarder autour de soit les autres savent aussi tres bien faire

Mikael

Franchement c'est bien fait pour notre gueule. Comment peut on se permettre d'acheter du blé hors hexagone alors qu'on ne fait même pas réellement ce qu'on a en qualité meunière. Il y a des volumes en stock ferme de qualité meunière qui ne demandent qu'à être payés à leurs justes valeurs.
A quel prix a été acheté cette marchandise et combien ça coûte en transport pour la faire venir ?!! Résultat des courses, on aura encore ça en plus de notre propre volume à vendre. Bien joué
On parle qualité meunière pour la transformation et bien si on parlait un peu qualité sanitaire avec les blés lituaniens par exemple. J'aimerai bien voir le cahier des charges d'un blé lituanien.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier