Céréales : les pertes liées au gel en partie compensées

S C

L'orge de printemps représenterait en 2012 près de la moitié de la surface totale en orge. (DR)

Les destructions de céréales d’hiver dues au gel seraient en partie compensées par la hausse de la sole en céréales de printemps, d'après les dernières estimations du service statistique du ministère de l'Agricutlure.

Selon les prévisions du ministère de l’agriculture au 1er avril, la surface totale de céréales à paille, évaluée à 7,4 millions d’hectares en France, serait en léger retrait par rapport à 2011. La chute de la sole en céréales d’hiver serait en effet  compensée en partie par un record des semis de printemps.

Les surfaces endommagées par  le gel au mois de février ont en effet été remplacées par des cultures de printemps.  Globalement  la sole de blé tendre baisserait de 5 %, celle d’orge progresserait alors que la sole de colza se maintiendrait à un haut niveau, en légère hausse par rapport à 2011.

 

Blé tendre : 7% des surfaces retournées

Pour le blé tendre, environ 350.000 hectares auraient été retournés, soit 7 % des emblavements estimés au mois de février. Les surfaces ressemées se situent principalement en Lorraine, où plus de la moitié des surfaces emblavées à l’automne auraient gelé, ainsi qu’en Champagne-Ardenne où plus du quart des surfaces devrait être ressemé. En Bourgogne, 13 % des surfaces emblavées seraient détruites, les dégâts se situant surtout en Côte d’Or. L’Alsace et la Franche-Comté sont également concernées (respectivement 11 % et 15 % de ressemis).

Pour l’orge d’hiver, environ 175 milliers d’hectares auraient été retournés, soit 16 % des semis estimés en février. La Lorraine est la région la plus touchée, avec plus de la moitié des surfaces emblavées à ressemer. En Bourgogne, 40 % des surfaces seraient retournées, 30 % en Champagne-Ardenne et 10 % en région Centre.

En blé dur d’hiver, environ 12 milliers d’hectares auraient été retournés, représentant 3 % des surfaces emblavées. Les dégâts, limités par la couverture neigeuse, se concentreraient dans la région Centre (Loiret, Eure-et- Loir, Loir-et-Cher).

Pour le colza, l’impact des dégâts du gel serait moins prononcé, mais la situation n’est pas stabilisée.

Les ressemis profitent aux orges de printemps

Après retournement des parcelles, les remplacements seraient le plus souvent effectués en orge de printemps plutôt qu'en blé de printemps par manque de semences. Les exploitants pourraient également opter pour du maïs ou du tournesol, mais il est encore trop tôt pour en donner des estimations.

Ainsi, les semis d’orge de printemps atteindraient le niveau record de 825 milliers d’hectares (+ 64 % par rapport à la moyenne 2007-2011). La sole d’orge d’hiver perdrait 23 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Ainsi, l’orge de printemps représenterait en 2012 près de la moitié de la surface totale en orge.

dégat gel agreste

Source Agreste

Sur le même sujet

Commentaires 1

vertumne

Encore une fois ,les observations faites par le ministère ne correspondent pas à la réalité .!!!!!!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier