Céréales : une production mondiale historique de 2 milliards de tonnes

 Céréales : une production mondiale historique de 2 milliards de tonnes

Pour la première fois de de l’histoire, la production mondiale de céréales devrait atteindre 2 milliards de tonnes, d’après les derniers chiffres du CIC (Conseil International des Céréales. Côté maïs, les estimations de production sont encore en hausse e le stock mondial s’alourdit.

Pour le  maïs, le CIC relève ses estimations à 992 Mt, soit 10 Mt de plus que les prévisions du précédent rapport confirmant les bonnes conditions climatiques sur l’Amérique du Sud.

Les productions argentines et brésiliennes sont révisées en hausse, respectivement à 29,5 Mt (+7Mt par rapport à la précédente estimation) et 77 Mt (+2 Mt). Malgré une hausse de la consommation de l’ordre de 3 % par rapport à l’an dernier, le stock mondial est estimé en hausse de 11 % à 194 Mt.

En Argentine, le Ministère de l’Agriculture modifie son estimation de surface de maïs pour 2014/15 à 5,4 Mha (contre 5,5 Mha auparavant). Le Buenos Aires Grain Exchange estime quant à lui les surfaces de maïs à 3 Mha, dont 92 % sont semées, les semis sont terminés sur le Sud, les zones restantes se concentrent maintenant sur le Nord.

Le stock d’éthanol s’alourdit

Malgré les soubresauts du marché à l’annonce du décès du roi d’Arabie Saoudite, le rythme de production de pétrole devrait rester élevé et les stocks continueront de s’accumuler. La faiblesse des cours du pétrole limitent par conséquent l’intérêt des biocarburants. Ainsi, si le rythme de production d’éthanol se maintenait encore à 979 000 barils par jour sur la 3ème semaine de l’année, les stocks d’éthanol américains atteignent désormais les 20,39 milliards de barils.

« La confirmation des récoltes abondantes, le contexte pétrolier et la fermeté du dollar ont entrainé les cotations américaines à la baisse au cours de la semaine » explique l’AGPM dans sa lettre économique. La demande est cependant restée au rendez-vous et les ventes hebdomadaires de maïs américains à l’export se sont élevées à 2,185 Mt (entre le 9 et le 15 janvier). Le cumul des ventes atteint désormais 68 % de l’objectif affiché par l’USDA pour la campagne.

Europe : l’euro repart à la baisse après l’annonce de la BCE

La BCE a annoncé qu’elle injectera 1100 milliards d’euros de liquidités nouvelles, soit 60 milliards chaque mois et ce, de mars 2015 à septembre 2016 a minima (l’opération pourrait éventuellement se prolonger par la suite). Cette annonce pèse sur la devise européenne qui recule face au dollar. Cette dévaluation renforce la compétitivité des céréales européennes. Si le blé en a profité, le maïs reste sous pression en raison de l’abondance de la récolte européenne.

Sur la Mer Noire, les exports se poursuivent indépendamment de la crise politique qui reste pour l’instant sans conséquence. Toutefois, des rumeurs circulent sur une éventuelle limitation des exports de céréales (blé, maïs, orge) au départ de l’Ukraine.

Le regain de compétitivité des maïs européens (France et Roumanie) pourrait cependant renforcer la pression sur les prix au départ de la Mer Noire. Au 20 janvier, les importations européennes atteignaient les 5,1 Mt malgré la disponibilité importante au sein de l’UE.

France : des exports vers l’Espagne

Sur le Sud-Ouest, quelques affaires se traitent avec l’Espagne. Malgré des écarts importants avec le blé, les achats par les FAB restent timides.

prix maïs

Source AGPM

Source AGPM : Lettre Economique Hebdomadaire

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier