Chambre d'agriculture 53 : Un nouvel étiquetage pour les produits chimiques

Dès cette année, de nouvelles étiquettes de produits chimiques vont apparaître. Cette nouveauté est également valable pour les produits phytosanitaires.

Pourquoi un changement d'étiquette ?

Actuellement, différents systèmes de classification et d'étiquetage cohabitent. Ce nouvel étiquetage évolue vers une harmonisation internationale, qui s'inscrit dans le cadre du nouveau règlement européen (dit CLP « Classification, Labelling and Packaging ») sur la classification, l'étiquetage et l'emballage de produits chimiques.

Les principaux changements

Le nouveau règlement s'inspire de l'ancien étiquetage en mettant d'avantage en évidence les risques cancérogènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction.

- Le carré orange avec un symbole noir sera remplacé par un losange blanc, entouré d'un liseré rouge avec un symbole noir.
- Les phrases de risques (ex : R21) et les phrases de sécurité (ex : S2), informant sur les risques liés à l'utilisation des produits phytosanitaires vont respectivement céder la place aux mentions de dangers (ex : H312) et aux conseils de prudence (ex : P102).

Les délais

Le règlement européen est entré en vigueur le 20 janvier 2009. Il prévoit une période de transition qui permettra la mise en oeuvre progressive de ce nouveau système (nouveaux pictogrammes et phrases H et P), qui s'appliquera de façon obligatoire aux substances dès la fin 2010 et aux produits en juin 2015. Néanmoins, les fournisseurs peuvent décider d'anticiper ce changement et d'adopter le nouveau dispositif dès à présent.

Bien lire l'étiquette, pour protéger le milieu et SA SANTÉ !

La lecture de l'étiquette apporte de précieuses informations sur les conditions d'emploi mais également sur la toxicité du produit pour la santé de l'utilisateur.
Il est important d'en prendre conscience et de limiter les risques de contamination en amont de l'application phytosanitaire : du stockage, à la préparation de la bouillie, au traitement jusqu'à la dilution des fonds de cuve et du rinçage du pulvé. Le port des équipements de protection (gants spécifiques phytosanitaires, masque, lunettes, combinaison spécifique et/ou bottes) doit être adapté en fonction du risque identifié.

Contact : Sandrine LEPLÉ - Chambre d'agriculture pour Phyt'Eau Propre

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier