Chambre d'agriculture de la Mayenne : Protéagineux : des atouts agronomiques, économiques et environnementaux dans la rotation

Avec l'aide supplémentaire à l'hectare spécifique aux protéagineux, la mesure diversité des assolements et la Mesure Agro Environnementale Rotationnelle, la surface en protéagineux pour la campagne 2009/2010 devrait augmenter en Mayenne par rapport à celle de l'année dernière.

Protéagineux, quels avantages ?

Les avantages des protéagineux sont diverses dans la rotation. D'un point de vue agronomique, à court terme, les protéagineux sont connus comme bon précédent pour le blé, par rapport au rendement moyen en blé tout précédent confondu, le blé de pois a un rendement supérieur de 3 q/ha.
Dans le calcul de la fertilisation azotée, le pois apporte 20UN/ha au blé qui suit. A plus long terme, l'alternance de graminées (blé/maïs) et dicotylédones (pois, féverole, colza…) permet de limiter les risque sanitaires et ceux liés au salissement. L'alternance cultures d'hiver/cultures de printemps permet de contenir les adventices en évitant d'avoir chaque année les mêmes.

Economiquement, l'azote fixé de manière symbiotique par les protéagineux permet de réduire l'apport d'azote minéral à l'échelle de la rotation d'une part sur le protéagineux lui-même (autosuffisant) et d'autre part pour la culture qui suit.

D'un point de vue environnemental, la diminution de l'apport de fertilisants azotés permet également de limiter la production de gaz à effet de serre au sein de la rotation

Quelle évaluation ?

Pour la 3ème année consécutive, la Chambre d'agriculture de la Mayenne participe au Casdar Pois/Colza/Blé, ce dispositif national regroupe les instituts techniques nationaux, l'INRA, un bureau d'étude suisse et d'autres Chambres d'agriculture. Ce projet consiste en l'évaluation agronomique, économique et environnementale de l'introduction de pois de printemps dans une rotation céréalière. En Mayenne, il s'agit de comparer les effets d'un précédent pois par rapport à un blé sur le colza. Les objectifs sont d'évaluer l'effet sur le rendement, sur les risques sanitaires (sclerotinia) liés à cette succession de cultures, de vérifier la capacité du colza à valoriser dès l'automne l'azote fourni par le pois qui précède et d'évaluer la quantité d'azote optimale pour les 2 précédents. Les résultats pluriannuels de ces essais permettront de quantifier plus précisément les intérêts des protéagineux dans la rotation. A suivre donc…

Contact : Lucie ROCTON - 02 43 70 10 70

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier